Cours : Le maïs profite de la hausse du blé

SC d'après Agpm

Le maïs a suivi les évolutions du blé la semaine dernière et son prix atteignait 195 euros la tonne (prix FOB- Récolte 2010) le 6 août. Des incertitudes pèsent sur le potentiel de récolte, notamment sur le bassin Mer Noire.

En ce qui concerne les perspectives de récolte, « les conditions climatiques semblent toujours aussi clémentes dans la Corn Belt américaine », explique l'Association générale des producteurs de maïs dans sa lettre économique hebdomadaire.

Par contre, plusieurs interrogations subsistent sur la quantité de maïs qui sera disponible en provenance de la Mer Noire. La situation climatique de l'Ukraine ne s'est pas améliorée. Le bilan maïs européen pourrait donc se tendre un peu plus avec le cumul de baisse de surfaces semées et les mauvais résultats techniques des pays de l'est.

En France, les cultures semblent très hétérogènes en fonction des bassins. Les productions non irriguées ou ayant subi des restrictions d'irrigation (en région Poitou Charente et plus généralement dans l'ouest) souffrent.

L'Argentine, principal concurrent du maïs français

Au niveau des échanges commerciaux, au vu des sommets atteints par les céréales à paille, le maïs a retrouvé pas mal de compétitivité au niveau international .

L'Espagne poursuit ses achats de maïs sud américain. « La décision de la Commission d'autoriser 6 nouveaux maïs OGM à l'importation facilite l'accès à de nouvelles origines » explique l'Agpm. De son côté, le syndicat des fabricants d'aliments du bétail européens (FEFAC) a demandé à la Commission européenne de libérer les stocks d'orge placés à l'intervention.

Le principal concurrent du maïs français reste le maïs argentin, avec un différentiel rendu Espagne variant entre 15 et 20 €/t selon les calculs de l'Agpm sur la base d'un maïs départ sud-ouest. L'argentine profite également d'un coût du fret bas.

On reste dans le creux de la vague en terme d'activité sur le marché physique.

 

Publié par SC d'après Agpm

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier