Dans le Calvados : Un troupeau de 70 vaches laitières empoisonné au minium (oxyde de plomb)

Thierry Guillemot

Dans le Calvados : Un troupeau de 70 vaches laitières empoisonné au minium (oxyde de plomb)

Yves Guillouet a perdu 68 vaches et 2 taureaux en moins d'une semaine. Un silo de drèches de brasserie, pollué accidentellement au minium (provenant de fine de plomb), serait à l'origine de cette intoxication alimentaire.

Enquêtes et expertises sont en cours. La machine judiciaire (au civil et au pénal) est en route.Si les niveaux de responsabilités restent encore a déterminer, il ne fait aucun doute que le troupeau laitier de Yves Guillouet, éleveur à Culey-le-Patry (14), a été victime d'une intoxication alimentaire. 68 vaches et 2 taureaux sont morts en quelques jours.

Plus une goutte de lait

Installé le 1er octobre 2005 au coeur de la Vallée de l'Orne, Yves Guillouet produit un quota annuel de 470 000 litres de lait. Le 16 août dernier au cours de la traite du matin, il note une baisse significative de production. “Je trouvais cela bizarre, se souvient-il. Mais il faisait froid, les vaches avaient mangé du foin et je venais quelques jours auparavant de changer de silo de drèches de brasseries. Je me suis dit que la dernière livraison de sous-produit était sans doute moins appétente”.

Quelques heures plus tard, la situation s'aggrave. “Plus une goutte de lait lors de la traite du soir. Des vaches à 25 litres qui ont chuté à 1 litre comme si elles s'étaient taries subitement au cours de la journée. J'ai noté également une vache qui est tombée dans le parc d'attente mais elle avait déjà glissé 2 mois auparavant”. Quelques minutes plus tard, une seconde vache s'écroule prise de convulsion. “Elle s'est calmée en un rien de temps mais je me suis dit qu'il y a avait un gros problème”. Yves ne finira pas sa traite du soir. Il appelle un voisin à la rescousse puis le vétérinaire de service en début de soirée. Un problème d'alimentation est déjà évoqué et la décision de sortir les vaches au pâturage pour la nuit est prise.
Dimanche 17 août, dès 5 h 30, Yves Guillouet retire le reste de ration (ensilage de maïs + drèches de brasserie) de la table d'alimentation. Il part chercher ses vaches : une est morte, 3 sont immobiles. Il ramène celles qui peuvent suivre. Le vétérinaire de l'exploitation et son collègue, qui a assuré la consultation la veille, sont également présents. On pense à une intoxication au plomb : “une batterie de véhicule abandonnée dans le champ ?” Mais comment une batterie pourrait-elle faire autant de dégâts ? Le dimanche soir, 10 vaches au total sont morte. Le lundi 18 août, Yves Guillouet a le bon réflexe : il alerte les services vétérinaires et le GDS (Groupement de Défense Sanitaire). Administration, gendarmerie, huissiers, experts (...) investissent l'exploitation. Pendant ce temps et alors que la ferme est mise sous séquestre, l'hécatombe se poursuit : 22 bêtes mortes le lundi soir, 51 le mercredi. Il ne reste le vendredi que 10 vaches vivantes dont 5 restent au sol. En moins d'une semaine, 68 vaches (dont 5 finalement euthanasiées au nom du principe du bien-être animal) et 2 taureaux sont morts. Ne subsistent aujourd'hui sur l'exploitation que 4 vaches (taries au moment des faits et qui étaient au pâturage) et les élèves.

L'enquête avance

Plus de revenu et quasiment plus de boulot, Yves Guillouet est désormais dans l'expectative. Son préjudice est estimé à 250 000 e et doit pendant ce temps faire face à ses annuités après une mise aux normes. Peu à peu cependant, ses multiples interrogations trouvent leur début de réponse. Il appartiendra à la justice d'établir la vérité et de déterminer les niveaux de responsabilités. Mais à ce stade de l'enquête, l'hypothèse de la contamination de drèches de brasserie au minium lors du transport semble privilégiée.
Dans les faits, un camion aurait chargé des fines de plomb (qui au regard de la législation n'est pas un déchet mais un produit) au départ d'une usine de recyclage près de Caen le 8 août dernier. Direction l'Allemagne où cette marchandise aurait été livrée le 12. Problème : la remorque n'aurait pas été complètement vidée de sa substance. Direction ensuite la Belgique où le camion charge 25 T de drèches de brasserie pour le compte d'un distributeur d'aliments français. Une marchandise qui sera livrée le 13 août à Yves Guillouet.Dès le lendemain, notre éleveur incorpore le sous-produit dans sa ration. On connaît la suite.

Une stabulation totalement vide.

Une stabulation totalement vide.

 

Les bons réflexes d'Yves

Même si un troupeau entier a été décimé, aucun risque sanitaire n'est à craindre. Yves a eu les bons réflexes dont celui de ne pas livrer son dernier tank. Le plomb d'ailleurs ne passe ni dans le lait ni dans les urines. Il a pu également compter sur le soutien du GDS qui a mis dès le lundi toutes ses compétences et ses ressources à son service (lire ci-contre). Notre éleveur espère désormais rebondir dans les prochaines semaines et reconstituer son troupeau. Un battant dont les parents ont traversé en 2001 l'épisode douloureux de la vache folle.

Le silo pollué.

Le silo pollué.

 

Source Réussir l'Agriculteur Normand

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier