Décisions PAC : les syndicats divisés

S C avec AFP

Décisions PAC : les syndicats divisés

Les contours de la future Politique agricole commune (PAC) annoncés par Hollande mercredi ne font pas l'unanimité: si la FNSEA et les JA semblent globalement satisfaits, certains, comme les céréaliers ou les syndicats minoritaires, ne cachent pas leur déception.

Quand François Hollande a dévoilé mercredi la PAC française 2014-2020, la FNSEA a plutôt salué l'ambition présidentielle. Son président, Xavier Beulin a relevé "la volonté d'avoir une agriculture compétitive, performante" et celle de "conforter l'élevage en France". Un ton positif malgré la validation  du dispositif de surdotation des 52 premiers hectares favorable aux petites et moyennes exploitations, à laquelle le syndicat était pourtant farouchement opposé.

JA : « ce compromis nous l’acceptons »

Jeunes Agriculteurs accueille favorablement les annonces, notamment l’augmentation de 100 millions d’euros de l'enveloppe dédiée à l'accompagnement de l'installation. Plus globalement, les Jeunes disent «accepter les compromis» décidés sur la PAC « car en actant en faveur d'une majoration des premiers hectares (...), François Hollande envoie un vrai signal aux actifs agricoles ». Le syndicat retient également l’engagement du président sur l’abandon de l’historique des aides, couplées et découplées. « Nous saluons également sa volonté de modifier les modalités d’attribution des aides couplées, en les ciblant sur les animaux productifs » ajoutent-ils.

A la Fédération nationale ovine (FNO), on  salue un « compromis" qui est "dans l'ensemble favorable à l'élevage". Même satisfecit du côté des producteurs d'oléagineux et protéagineux de la FOP pour qui "la tonalité générale" est "plutôt favorable». Ils saluent la volonté affichée de réduire la dépendance en protéines végétales mais tiennent à rappeler leur opposition à la mise en place d'une surprime sur les premiers hectares.

« Hollande expose les céréaliers à de lourdes pertes »

Au sein même de la FNSEA, tous ne sont pourtant pas satisfaits.  A commencer par les céréaliers. Car, en réorientant près d'un milliard d'euros en faveur de l'élevage et en décidant d'aller vers plus d'équité dans le versement des aides à l'hectare, le gouvernement  "expose l'agriculture performante et les céréaliers français à de lourdes pertes de revenus et à des distorsions de concurrence insupportables" en Europe, estiment les producteurs de céréales à paille (AGPB) et de maïs (AGPM) pour qui les choix du gouvernement sont "contestables".

Du côté des syndicats minoritaires, c'est également la déception, pour des raisons différentes.  La Coordination rurale estime que cette PAC "n'est qu'une option politique de circonstance sans vision stratégique". "Dans cette logique de redistribution où chacun est tenté d'identifier qui perd et qui gagne, la Coordination Rurale ne peut qu'établir le constat d'une politique agricole commune devenue moribonde".

Conf : « La convergence a été réduite comme peau de chagrin ».

A la Confédération paysanne, on nourrissait de grands espoirs. Mais "loin des promesses d'une PAC pour l'emploi et l'élevage, les avantages acquis de certains sont conservés, cachés sous des demi-mesures qui ne servent que d'alibi +de gauche+ à une politique de lobbyistes".

La Conf regrette également que  l'enveloppe consacrée à la surdotation des 52 premiers hectares soit  limitée à 20% du budget des aides directes, « histoire de ne pas trop amputer les revenus des grandes exploitations", estime le syndicat. "La convergence a elle aussi été réduite comme peau de chagrin. Avec un objectif de seulement 70% en 2019, cela maintient l'iniquité", poursuit le syndicat alors que la France pouvait aller jusqu'à 100% de convergence. Même avis au Modef qui relève "un manque de courage politique".

Sur le même sujet

Commentaires 14

omnisciantdubois

alors mettons des vaches a l'etat sauvage plutot que de payer des gens a rien faire
j'ai lu aussi la declaration de Lambert sur le role de la pac qui n'est pas de faire de l'insertion sociale
quand l'assistanat devient un dû on se rend compte du niveau vive le socialisme

ALYSSE616

@alyssecaglisse...pasdutout!! mon pauvre tu es bien loin des réalites economiques d'un éleveur de VA et de certaines régions reculés qui ne peuvent pas se diversifer, si tu étais dans la tête d'un commissaire européen tu crois réellement qu'ils ont peur de perdre leur volume de viande bovine française par exemple ils en ont rien cirer ce qu'ils veulent garder, c'est l'élevage comme acteurs touristiques en entretenant bien nos campagnes alors tout cela c'est peut-être un dû oui tu as raison et cela ne me choque que l'on me verse plus de subvention pour ça!!! que ça te plaise ou non "Monsieur jefaistoutbien" !!!!

alyssecaglisse

mais puisque visiblement tu ignore completement le monde de l'entreprise.... on n'emploie pas aisement dans les entreprises normales, on est bien loin des optimum en agriculture et surtout en elevage ( une des preuves entre autres certains s'en sortent tres bien pour quoi pas les autres)
un eleveur devrait vivre aisement ? c'est un dû ? le vrai monde de l'entreprise ne focntionne pas comme ça ...il faut ouvrir les yeux et aller voir ailleurs

dillinger

un dirigeant syndicale eleveur laitier a pourtant declarer que la vocation de la pac n'etait pas la correction des inegalités ni l'insertion sociale.....sans doute a t'il compris que c'etait les GMS qu'il fallait mettre a genoux , et pas prendre a paul pour redonner a jacques

@aviron

il me semble que les eleveurs importent massivement du soja OGm depuis des decennies, pourquoi ne pas payer les proteines au cerealiers européens?
il me semnble qu'a l'epoque ou les cours du blé etaient a 100€/t les eleveurs ont importé massivement du blé de la mer noire pour rouler sur l'or blanc? quid des attentions des eleveurs a cette epoque
les cerealiers ont eu bien raison de ne rien donner , puisqu'il etait clair que la pac serait reformée
par contre certains etaient bien content de me payer la paille une misere , quand ils ont payés

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier