Economies d'énergie et énergies renouvelables : Economies d'énergie, énergies renouvelables : des actions à mener

Bénédicte Boissier

Economies d'énergie et énergies renouvelables : Economies d'énergie, énergies renouvelables : des actions à mener

En individuel ou en collectif, les agriculteurs bénéficient des conseils, de la chargée de mission économies d'énergie et énergies renouvelables (le solaire (photovoltaïque, thermique), l'hydroélectricité, l'éolien, la biomasse, la géothermie), du service Agronomie et Environnement de la CA.

Coller aux réalités

Les élus de la Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme, pour satisfaire la demande croissante des agriculteurs, en matière d'énergies nouvelles et d'économies d'énergie, ont voulu créer un poste de technicien, spécialement chargé de ces dossiers.
Ainsi Geneviève Vidal, en charge d'autres secteurs (notamment liés au logiciel Planfum), suit depuis 4 ans des formations, qui lui permettent explique-t-elle «de fournir des informations de base, de piloter les exploitants vers les bons interlocuteurs, pour tout ce qui touche les énergies». Elle observe l'actualité (et dans ce domaine, les évolutions se font vite …), travaille en partenariat avec les autres Chambres d'Agriculture (réseau Energie de l'Apca), et des organismes départementaux, comme l'Ademe et l'Aduhme.

Conseil individuel et collectif

«Je donne à l'agriculteur qui me contacte, par exemple sur l'énergie solaire photovoltaïque, des premiers éléments de réflexion, un certain nombre de critères, afin qu'il puisse faire réaliser des devis».
Cette chargée de mission anime également des réunions sur le thème des énergies, tenues à la demande des élus dans les Petites Régions Agricoles, ou lors d'assemblées générales.
En accord avec les organismes qui s'occupent de ces sujets, elle recommande avant tout les économies d'énergie. Son message : «l'énergie la moins chère, est celle que l'on ne consomme pas!»
Elle explique que nombre d'actions peuvent être menées par les agriculteurs, sur les économies indirectes, «aussi importantes que les directes. Par exemple, une meilleure gestion de l'herbe».

 

Le diagnostic énergétique

Avec l'appui des conseillers d'entreprise de la Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme, Geneviève Vidal propose aux exploitants, à travers un diagnostic, une première approche aux économies d'énergie. L'agriculteur qui fait ainsi appel à ses services, peut bénéficier d'aides du Plan de Performance Energétique. «Il obtiendra une photo de l'exploitation, avec les flux entrants des énergies directes et indirectes : achats d'aliments, d'engrais… Et des flux sortants : lait, viande, céréales… Sur une demi-journée, on recense toutes les données, pour ensuite faire un bilan : sorties moins entrées». Et de souligner, qu'en règle générale, ce constat se révèle davantage déficitaire dans les élevages, que dans les exploitations céréalières.
La chargée de mission sortira un diagramme à l'aide d'un tableur, qui permettra de comparer l'exploitation auditée avec d'autres exploitations, issues d'une base de données nationale. «En plus on contribue ainsi à l'alimenter!»
Un des objectifs, est de dépister le ou les postes, mangeurs d'énergie. «Si par exemple la consommation de fioul, apparaît par trop importante, on conseillera le passage du tracteur au banc d'essai, à l'agriculteur de devenir un éco conducteur…».

Source Chambre d'Agriculture du Puy-de-Dôme

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier