Écotaxes : Les coopératives se félicitent des déclarations de Ségolène Royal

Écotaxes : Les coopératives se félicitent des déclarations de Ségolène Royal
Ségolène Royal lors du "Grand Jury RTL", le 6 avril 2014 (Source RTL)

Les coopératives agricoles "se félicitent des premières déclarations" de la ministre de l'Écologie Ségolène Royal sur la nécessité d'une remise à plat de l'écotaxe, dans un communiqué publié vendredi.

La mission parlementaire et le groupe de travail interministériel doivent tenir "compte de ce nouveau regard, plus conforme au Pacte de responsabilité annoncé par le Président de la République", estime Coop de France. "Cette taxe, appliquée en l'état, accentuerait la fragilisation de certaines filières et favoriserait les produits importés", rappelle l'organisation, qui avait été une des toutes premières à se mobiliser contre cette taxe sur les poids lourds.

Car les coopératives, qui pèsent tout de même 40% de l'agroalimentaire français, disposent "rarement de solution de report multimodal et transporte(nt) des produits à faible valeur ajoutée".

"Réfléchissons vite à un dispositif simple, juste et dédié à un véritable plan de restructuration des infrastructures, indispensable pour garantir une meilleure compétitivité nationale" et "nous sommes prêts à en débattre avec Madame la Ministre Ségolène Royal", explique Philippe Mangin, président de Coop de France, cité dans le communiqué.

A peine installée dans ses nouvelles fonctions, Ségolène Royal s'est prononcée jeudi en faveur d'une "remise à plat" de l'écotaxe et de la recherche d'alternatives pour financer les infrastructures de transport, suscitant des inquiétudes chez certaines ONG environnementales.  Vendredi, elle a répondu à ces critiques estimant sur son compte Twitter que "la remise à plat de l'écotaxe n'a aucune raison de soulever une polémique. C'est une méthode de respect et du temps donné à l'écoute...". Avant de préciser qu'un rapport parlementaire sera rendu dans 15 jours "dont le gouvernement prendra connaissance avant les décisions".

 

 

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

le dindonnnier

(@ geo)Ne croyez vous pas que j'enfumage c'est la petite chaine qui monte qui le fait en diffusant un repotage d'une partialité flagrante et ne refletant en rien la réalité d'une filière mais en gavant les "consommateurs d'image" de ce qu'ils ont envie de voir. Et pour la nieme fois arrêtez de mettre dans le même sac une filière export qui il est vrai est condamnée et une filière "nationale" qui n'est pas si male en point que vous le laissez entendre!! et qui ne se cantonne pas à la bretagne.

enfin

bravo madame
au contraire de beaucoup de vos collègues masculins qui tentent d'imposer des solutions simplistes ...
ecoutez les doleances des producteurs français ; et le dossier n'a rien a voir avec la filière avicole bretonne !
la taxe en l'état revient a taxer plus la filière française que l'import de produits finis ...
au moins devrait on laisser chaque région gerer sa taxe ...

geo

Vu l'extrême médiatisation du sujet, on serait tenté de croire que l'écotaxe est la cause de tous les maux dans l'agriculture bretonne. Quand on voit le reportage de Capital sur le poulet brésilien, on se dit vraiment que l'écotaxe ne sert que d'enfumage pour masquer une filière avicole française en grande difficulté, au bord de l'explosion, comparable à une cocotte-minute. Écotaxe ou pas, tenez-vous loin le jour où ça va exploser!

letaze

pourquoi ne pas garder une eco taxe pour tous ces camions etranger qui sont sur nos routes,comme le fait la suisse et d'autres avec la taxe a l'essieu??

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier