El Niño menace d’être sévère cette année

Crédit-Agricole Service Expertise

El Niño menace d’être sévère cette année

Le phénomène météorologique mondial El Niño est revenu depuis le second trimestre de 2015. Le niveau actuel particulièrement élevé des températures dans le Pacifique conduit l’Organisation Météorologique mondiale à annoncer la possibilité d’un des quatre épisodes les plus forts depuis 1950 (après celui, record, de 1997/98). On s’attend à un renforcement et à une culmination du phénomène entre octobre 2015 et janvier 2016.

Le phénomène apparaît déjà nettement plus intense que les précédents épisodes (2002, 2004, 2009) qui sont restés très modérés. Selon l’OMM, les scientifiques disposent d’une information plus riche et de de moyens accrus d’évaluation, mais la combinaison du phénomène avec le réchauffement climatique et la fonte des glaces polaires, qui ont beaucoup évolué depuis 1997, complique les prévisions.

 El Niño est à l’origine de catastrophes un peu partout dans le monde (inondations, tempêtes, sécheresses...). Le retentissement sur le plan agricole peut être très important, mais il est aussi très incertain, dépendant du moment où les différentes cultures sont frappées. La zone environnant l’Asie du sud-est (Indonésie, Australie...) est la plus directement menacée par la sécheresse ; l’Inde a annoncé d’ores et déjà une mousson plus faible de 12 % avec une implication d’El Niño. Mais au-delà, il est difficile de prévoir, les pluies accrues par exemple (en Amérique du sud, en Californie actuellement frappée d’une sécheresse historique) pouvant être bénéfiques ou devenir catastrophiques par leur ampleur.

La perspective d’un épisode El Niño potentiellement catastrophique intervient au moment où les récoltes mondiales sont au plus haut niveau pour la plupart des produits : en France par exemple la récolte de blé atteint un niveau historique avec plus de 40 Mt. Les difficultés locales (comme pour le maïs en France et en Europe, du fait de la sécheresse du printemps) n’empêchent pas les stocks de fin de campagne d’être prévus au plus haut, et les prix de s’inscrire dans un fléchissement prolongé. Pour l’instant la perspective d’impacts sévères d’El Niño n’a pas encore vraiment d’effet sur le marché. Les derniers rapports officiels sur les marchés des grains (CIC, USDA) n’évoquent pas le phénomène...

source : dossier prisme n° 10 - octobre 2015 - voir aussi le dossier complet en pièce jointe

 

Pièces jointes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires