Embargo russe : 21 pays bataillent à Bruxelles pour les aides aux agriculteurs

Embargo russe : 21 pays bataillent à Bruxelles pour les aides aux agriculteurs

Vingt-et-un Etats membres, emmenés par la France, s’allient afin que l'UE puisse disposer en 2015 d'assez de fonds pour aider les agriculteurs face à l'embargo russe ou d'autres crises possibles.

Cette mobilisation, via une déclaration commune présentée lundi en réunion ministérielle à Bruxelles, vise à empêcher que la Commission européenne ne réduise à la portion congrue les fonds disponibles, comme elle en a manifesté l'intention à la mi-octobre.

La bataille porte sur 450 millions d'euros dévolus aux financements agricoles, sur lesquels les 21 veulent pouvoir compter en 2015 pour assurer le financement de 344 millions d'euros d'aides déjà annoncées depuis août, et d'éventuelles autres mesures de soutien prises entretemps.

La nouvelle politique agricole commune (Pac) prévoit par ailleurs une "réserve de crise" qui peut être mobilisée tous les ans à hauteur de 430 millions d'euros, mais aux prix pour les agriculteurs d'une coupe de 1% dans les subventions européennes régulières.

La Commission souhaite utiliser les 450 millions d'euros pour boucher des trous dans son budget 2014. Elle propose du coup de puiser toutes les aides exceptionnelles au secteur dans la seule réserve de crise.

Préserver la réserve de crise agricole

Au vu des sommes déjà promises aux secteurs maraîcher et laitier face à la chute des cours provoquée par la fermeture du marché russe, ce projet de la Commission réduirait à quelque 90 millions les fonds restant disponibles pour des mesures supplémentaires pour toute l'année 2015.

"La réserve de crise agricole doit être préservée, afin de maintenir notre capacité de réaction pendant l'année 2015 en cas d'approfondissement des difficultés rencontrées par les filières ou de nouvelle crise", souligne la déclaration commune.

Ce bras de fer entre États et Commission devra se régler dans le cadre du grand marchandage budgétaire annuel, qui doit être conclu le 17 novembre, selon une source européenne.

"Les 21 pays ont de quoi bloquer" les négociations sur le budget européen de 2015 s'ils n'obtenaient pas satisfaction, a mis en garde le ministre de l’agriculture français Stéphane le Foll.

Le texte est signé par les ministres français, autrichien, belge, bulgare, croate, chypriote, tchèque, finlandais, grec, hongrois, luxembourgeois, portugais, roumain, slovaque, slovène et des trois pays baltes. Les ministres allemand et italien auraient aussi exprimé leur soutien.

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier