En 2011 : Le marché de l'agroéquipement redémarre

SC

Après une année 2010 marquée par une forte chute des ventes de machines agricoles, 2011 se présente sous de meilleurs auspices avec une progression du marché français évaluée à + 14% sur l'année. Revers de la médaille : les délais de livraison s'allongent.

Un vent d'optimisme souffle sur les constructeurs et distributeurs de machines agricoles. Après une baisse de 10% en 2010 par rapport à 2009, la production française 2011 devrait en effet dépasser les 3,7 milliards d'euros, soit une hausse de 14%, estime Jean-Pierre Bernheim, président de l'Axema (Union des industriels de l'agroéquipement).

Dopées par la remontée des prix des céréales, les immatriculations de tracteurs agricoles neufs sont notamment reparties à la hausse et les constructeurs tablent sur une augmentation de 8 à 9%, à 34.500 immatriculations, après une chute de plus de 21% l'an passé. De même, le marché des tracteurs d'occasion se débloque, au rythme du neuf.

Les perspectives sont également très bonnes pour le matériel de récolte mais aussi de fenaison et de travail du sol, même si les chiffres restent en deçà de ceux de 2009 ou 2008. A titre d'exemple, la filière agroéquipement table sur une progression des livraisons en 2011 de +14,5% pour les moissonneuses-batteuses (1.850 machines) ; +25% pour les presses à balles rondes (3.700) ; de + 10 à + 15% pour les matériels de travail du sol, semis et fertilisation… L'amélioration est également notable dans le secteur viticole et arboricole.



Les délais de livraison s'allongent

Cette hausse des ventes au dernier trimestre 2010 et premier trimestre 2011 a permis aux réseaux de distribution de réduire de manière significative leurs stocks mais les constructeurs, qui avaient réduits leur production en 2010, peinent aujourd'hui à répondre à cette demande soudaine. D'autant plus que le marché à l'export redémarre lui aussi. Résultat : la durée de livraison des matériels s'allonge. « Tous les secteurs sont impactés, les délais de livraisons pour du matériel de semis atteignent parfois une année » précise Alain Dousset, président du Sédima (syndicat national des entreprises de service et distribution du machinisme agricole).

« Il est difficile de gérer des baisses et des hausses non prévisibles, difficile d'arriver à lisser la production et à financer le stock avec des clients qui eux, n'anticipent pas leurs achats et fonctionnent souvent au moral » justifie Jean-Pierre Bernheim. L'enjeu actuel pour la filière réside donc dans sa capacité à répondre rapidement aux demandes des utilisateurs.

L'augmentation du prix des matières premières et notamment de l'acier risque aussi de se répercuter sur le prix des équipements agricoles. Le coût de construction des matériels pourrait ainsi augmenter de 6 à 10% en 2011, d'après le Sedima. Des coûts qui risquent de peser sur les marges des entreprises de la filière des agroéquipements mai aussi sur celles des agriculteurs...










Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier