En Alsace : De futurs paysans à l'école de la « bio-dynamie »

Respecter le rythme de la nature pour nourrir les hommes en « soignant la terre »: en Alsace, une structure unique en France forme des agriculteurs spécialisés en « bio-dynamie », une approche qui va au-delà du bio, et qui répond à une réelle demande des consommateurs.

A Obernai, petite ville du vignoble alsacien, le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) a formé depuis 20 ans quelque 250 de ces paysans d'un nouveau genre, désireux de créer ou de reprendre une exploitation pour vendre ensuite leur production sous le label « Démeter ».

Loin du cliché sur les nouveaux baba-cools déconnectés des réalités, il s'agit d'une filière débouchant sur un Brevet professionnel de responsable d'exploitation agricole (BRPEA), diplôme nécessaire pour s'installer en tant qu'agriculteur et prétendre aux aides à l'installation. « Mon projet, c'est de créer une exploitation céréalière, pour fabriquer et vendre du pain labellisé Démeter, explique Bruno Bousquet, 32 ans, un »urbain qui veut revenir à la terre« , élève de l'actuelle promotion. »Pour fertiliser, je devrai aussi élever des bêtes. Vaches, moutons ou chèvres, je choisirai en fonction des équilibres naturels du terrain à enrichir« .

Pour chaque promotion d'une vingtaine d'étudiants, »nous recevons en moyenne 80 candidatures« , explique Samuel Poisson, l'un des coordinateurs de cette formation de deux ans, dont au moins 14 mois de stages. A l'origine, le concept d'agriculture bio-dynamique a été développé dans les années 1920 par le philosophe autrichien Rudolf Steiner - qui a donné son nom aux écoles du même nom, pratiquant une pédagogie alternative visant à ce que chaque enfant découvre sa »propre voie« . Comme le bio, l'agriculture bio-dynamique refuse les pesticides et les engrais chimiques. Mais elle va plus loin: elle part de l'idée que, pour améliorer ses performances, le paysan doit veiller à respecter l'équilibre de la nature: ne pas produire sous serre, respecter le rythme des saisons, planter des végétaux adaptés à la terre.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier