En direct de Bruxelles : Mariann Fischer Boel sceptique à l'idée de débloquer «plus d'argent»

La commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer Boel, émet des doutes sur la capacité des pays de l'UE à s'entendre sur une régulation des niveaux de production et des prix du lait.

« Je ne suis pas sûre que l'idée d'un marché régulé par la Commission sur le niveau de production et sur les prix soit soutenue » par les gouvernements européens, a-t-elle souligné à l'occasion de la réunion extraordinaire des ministres de l'Agriculture de l'UE à Bruxelles.

Devant les ministres, la commissaire a proposé de mettre en place un groupe d'experts de haut niveau chargé de réfléchir aux problèmes du secteur laitier. Il devra notamment se pencher sur la mise en place de « relations contractuelles » au niveau national entre producteurs laitiers et industriels, afin d'offrir aux premiers « plus de pouvoir de négociation » dans la fixation des tarifs, et de limiter les effets « de la volatilité des prix ».

Pour le reste, elle estime que les mesures de soutien au secteur, déjà décidées par ses services, commencent à faire remonter les prix et que, du même coup, de nouvelles ne sont pas nécessaires. Elle s'est ainsi montrée très sceptique concernant l'idée de débloquer « plus d'argent de l'UE » en faveur d'un programme conjoncturel pour les producteurs laitiers, proposée par l'Allemagne.

« Je ne suis pas sûre que les ministres des Finances partagent cette opinion. Nous dépensons 5 milliards d'euros aujourd'hui pour augmenter le prix du lait de 3,5 centimes/litre », a souligné Mme Fischer Boel devant la presse. « Mais merci, si les États membres sont prêts à me donner cet argent, je ferai certainement attention à ce qu'il soit distribué de façon équitable », a-t-elle ironisé.


Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier