En direct du Salon : Les agriculteurs rappellent leurs contraintes

SC avec AFP

A l'occasion de la visite de la secrétaire d'État à l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, les représentants des agriculteurs ont insisté sur les contraintes des marchés européens et mondiaux, notamment en terme d'harmonisation des pesticides.

«On ne peut pas avoir en France un cahier des charges sur les phytosanitaires, les OGM, le social, qui ne soit pas harmonisé au plan européen. On est dans l'UE, dans le monde : il faut trouver le bon équilibre pour maintenir la compétitivité », a déclaré Jean-Michel Lemetayer, président de la Fnsea, à l'occasion d'un déjeuner de travail avec Nathalie Kosciusko-Morizet.

La ministre a reconnu ce problème d'harmonisation qui fait «qu'un produit, interdit en France sur les asperges, reste autorisé en Belgique et que l'on retrouve ensuite ces asperges belges au marché de Rungis ». « Mais je veux que l'on garde tous les objectifs en tête, y compris l'environnement », a-t-elle répondu.

Risque d'importation massive de bioéthanol

De même, le président de la Fnsea s'est inquiété sur le danger d'importation massive de bioéthanol pour répondre aux objectifs d'incorporation européens : « Comment faire pour occuper le terrain sans ouvrir le marché aux Brésiliens? ».

Quant à Luc Guyau, président de l'Assemblée permanente des Chambres d'Agriculture, il s'est dit en phase avec la mise en place d'une «Haute qualité environnementale» pour les exploitations agricoles. «On s'est battu pour être au Grenelle, on sait qu'il faut diminuer l'usage des phytosanitaires. Mais l'objectif est que la masse des agriculteurs progressent, il faut faire avancer tout le monde », estime-t-il.

Bien accueillie sur les stands, malgré le contexte du Grenelle de l'Environnement et de la loi sur les OGM, Nathalie Kosciusko-Morizet a goûté tour à tour pomme bio, nectar d'abricot et bourgogne blanc.



Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier