En mars : Froid et douceur se succèdent

Entre le 7 et le 11 mars, un nouvel épisode de froid s'est abattu sur l'ensemble de la métropole. Toutefois, la température moyenne mensuelle se positionne au niveau des normales saisonnières, avec huit degrés.

La température moyenne de la France métropolitaine est de huit degrés durant le mois de mars, et se situe légèrement en dessous de la normale saisonnière, indique le service statistique du ministère de l'Agriculture (Agreste). Une nouvelle vague de froid s'est en effet installée dans la première quinzaine du mois sur l'ensemble du territoire, avec un pic de températures moyennes journalières négatives de - 2 degrés le 9 mars dans les régions du centre-est et nord-est. Mais les températures bien plus douces de la fin du mois sont venues compenser cet épisode de froid.

Les précipitations de mars sont déficitaires par rapport à la normale sur la plus grande partie de la métropole, malgré les pluies abondantes qui se sont déversées durant la deuxième quinzaine. Entre le 1er et le 20 mars, on observe un déficit important de précipitations sur la quasi totalité de la métropole. Les excédents se situent sur la Corse, la moitié sud de l'Aude et les Pyrénées orientales, avec un niveau plus important aux alentours de Perpignan et sur le nord de la Corse. En fin de mois, des orages localement forts, accompagnés de fortes rafales et de grêle, ont éclaté du Sud-ouest au Nord de la France.

Depuis les sept derniers mois, les précipitations cumulées sont inférieures à la normale sur la majeure partie du territoire, avec une tendance générale au statut quo par rapport au mois précédent. Les secteurs excédentaires se concentrent sur les Bouches-du-Rhône et, dans une moindre mesure, sur toute la façade ouest du pays, y compris les côtes de la Manche.

Le niveau des réserves utiles des sols en eau est en baisse, et se situe à présent en dessous du niveau normal sur la plus grande partie du territoire, avec une zone critique autour du Puy de Dôme. A l'inverse, le niveau est encore au dessus des normales sur la Corse et les régions du sud-est grâce à la pluviométrie importante constatée sur ces zones lors des quatre derniers mois.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier