Energie : La Picardie se chauffe au bois-énergie

B.BOUCHOT

Conjuguant écologie et économies, la Picardie s'est lancée dans un vaste programme de recours au chauffage collectif au bois avec une coopérative d'ampleur inégalée en France qui devrait permettre de généraliser l'expérience-pilote de Montdidier (Somme).

Une chaufferie au bois économique

Cette ville de 6.800 habitants est dotée d'une chaufferie au bois encore rutilante depuis son inauguration l'an dernier. Raccordée à un réseau de conduites de deux kilomètres, elle chauffe les établissements scolaires, l'hôpital et le gymnase auxquels elle fournit aussi l'eau chaude. Elle est uniquement arrêtée en juillet-août pour maintenance, période pendant laquelle le gaz prend le relais. Le système répond pleinement aux objectifs fixés: économie de 15% par rapport aux chaufferies uniquement au gaz et division par quatre du gaz carbonique à effet de serre. Les prix stables sont garantis par la pérennité de la ressource: 2.000 tonnes de plaquettes de bois de quelques centimètres, obtenues par déchiquetage de pans entiers de sous-bois ou de bois de recyclage.

Fort de cette réalisation dont il a financé près de 30% des travaux et dans l'optique de créer rapidement une vingtaine de réseaux similaires, le conseil régional de Picardie vient de parrainer avec les conseils généraux, le lancement de Picardie Energie Bois. Cette société coopérative d'intérêt collectif regroupe une cinquantaine d'actionnaires privés de toute la filière (forestiers, scieries, charpentiers, recycleurs, stockeurs). « C'est le fragment d'un nouveau monde qu'il est nécessaire de construire pour assurer notre responsabilité sociale, avec des emplois locaux non délocalisables, et environnementale, avec la réduction des effets de serre », souligne, Pascal Dacheux, vice-président Verts du conseil régional.

De nouveaux débouchés

La nouvelle politique picarde a pu bénéficier de l'appui du Fonds chaleur renouvelable, mis en place à la suite du Grenelle de l'environnement. Le bois est une ressource abondante en Picardie : les forêts couvrent 18% du territoire et le chauffage individuel des particuliers constitue déjà son premier usage (800.000 tonnes de bûches). Jusqu'à 2 millions de tonnes pourraient être mobilisées annuellement pour de nouveaux usages. Les professionnels sont ravis de cette « très belle nouvelle aventure », selon les mots de Gregory Blet, recycleur de vieux bois, dont les plaquettes sont destinées à être mélangées à celles du bois de forêts pour fournir des combustibles stables.

Le forestier belge implanté en Picardie Claude Rosier se réjouit également de ce débouché pour les « petits bois » qu'il est de toute façon nécessaire de couper pour entretenir les forêts. Il insiste parallèlement sur le « nécessaire respect de la bio-diversité » en y sauvegardant notamment arbres morts et marais.

Source d'après l'AFP

Publié par B.BOUCHOT

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier