Enquête d'UFC-Que choisir : Les JA réagissent

Damien Marty, président des JA24

L'association de consommateurs UFC-Que choisir a réalisé une enquête du 26 septembre au 10 octobre sur trois produits de grande consommation : l'escalope de poulet, la cote de porc et la brique de lait ½ écrémé.

L'enquête montre bien qu'il y a une déconnection entre les prix à la production et les prix à la consommation. L'évolution des coûts de production et de vente ne sont pas parallèles, car les hausses de prix à la production sont prises en compte, mais les baisses ne sont pas répercutées sur les prix de vente au consommateur.

Les Jeunes agriculteurs de Dordogne proposent plusieurs pistes de solutions afin de ramener la valeur ajoutée aux producteurs :
- La mise en place du coefficient multiplicateur : Le coefficient multiplicateur est un outil réglementaire existant pour les fruits et légumes. En cas de crise il est sensé assurer la solidarité entre les maillons de la filière. Soit les distributeurs répercutent la baisse du prix à la production sur le prix à la vente et la consommation du produit est relancée, soit ils maintiennent leurs prix en rayon mais doivent donc racheter plus cher aux producteurs. Le but du coefficient multiplicateur est de poser un plafond sur les marges des différents acteurs de la production à la distribution. Jusqu'ici, le coefficient multiplicateur n'a jamais été appliqué, cependant c'est le seul outil existant.

- Raccourcir les circuits de commercialisation ainsi la production s'organise pour garder la valeur ajoutée du produit. La production réfléchit et maitrise la commercialisation de ces produits, elle se regroupe pour avoir du poids face à la grande distribution.

De plus cette enquête va aussi dans le sens de l'observatoire des prix et des marges que les JA ont largement demandé. Cependant, aujourd'hui nous déplorons que l'observatoire ne soit qu'une grande base de données chiffrées. Il manque une phase d'analyse, de synthèse et d'interprétation des résultats. Ce n'est pas notre rôle d'interpréter ces données. C'est un rôle de médiateur objectif, soit le rôle de l'Etat de mener l'observatoire jusqu'au bout. L'observatoire suit les marges brutes, soit la différence entre le prix d'achat du produit au producteur et le prix de revente au consommateur. Ce que l'on voudrait, c'est suivre les marges nettes, soit la différence entre le prix d'achat du produit à l'état brut au producteur et le prix de revente au consommateur en prenant en compte les coûts et charges de la distribution.

Les JA ne peuvent que saluer ce type d'apport d'information de la part d'une association de consommateurs démontrant une nouvelle fois que la valeur ajoutée échappe à la fois au consommateur et au producteur.

Source Jeunes agriculteurs 24

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier