États généraux : la LME dans le viseur de Stéphane Travert

Lise Monteillet

États généraux : la LME dans le viseur de Stéphane Travert

Le ministre de l’Agriculture a accordé dimanche 27 août un entretien au Figaro dans lequel il revient sur les états généraux de l’alimentation.

« Il ne peut pas ne rien se passer, nous avons une obligation de résultats ». Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture, s’est exprimé dans les colonnes du Figaro, le 27 août, alors que les États généraux reprennent cette semaine. Le premier chantier, qui doit se dérouler jusqu’à fin septembre, est consacré à la création et à la répartition de la valeur. Sur ce sujet, le ministre envisage de s’appuyer sur la loi Sapin II et de modifier certains dispositifs. « Nous n'excluons pas non plus d'ajuster la LME (loi de modernisation de l’économie)», a-t-il ajouté. Tout en précisant : « Nous pourrions passer par des ordonnances ou décrets pour être opérationnels rapidement ».  

Ces annonces vont dans le sens des attentes de la FNSEA. Cet été, Christiane Lambert, la présidente du syndicat majoritaire, s’était prononcée en faveur de « frappes chirurgicales » sur la LME et d’une amélioration de la loi Sapin II. Ces États généraux devraient donner lieu à une déclaration d’Emmanuel Macron, début octobre.  

De manière plus générale, Stéphane Travert a rappelé les grandes orientations qu’il souhaite donner à la politique agricole : « libérer l’agriculture des carcans réglementaires » ou encore « encourager la prévention des risques ».

Enfin, concernant le scandale des œufs contaminés, il a indiqué qu’il recevrait les représentants de la filière dans les prochains jours pour réaliser un état des lieux sur la situation. Il souhaite que soient consolidés « les moyens de veille sanitaire au niveau européen » et gagner en « réactivité » entre États membres. Le ministre de l’Agriculture a aussi demandé l’harmonisation européenne des « mesures de gestion des élevages et des produits alimentaires contaminés ». 

Sur le même sujet

Commentaires 2

duracuire

amis paysans , ne nous faisons aucune illusion sur le grand brassage d'air fait par tous les ventilateurs qui ont gravités autour des etats généraux ...politicards , responsables soit disant professionnels et représentants syndicaux .....des grandes idées ...ça il y en a mais cela n'ira pas plus loin ...comme d'habitude....encore un autre hivers ,un hivers de colères ,des paysans a la ramasse; que voulez vous que l'on y fasse ......rien ne change et rien ne changera .....toujours les memes qui se gave , grassement payés a surtout protéger leurs fesses....

CRASH38

Le seul risque est l'aléa des élus crapoteux et incompétents. Les carcans réglementaires qu'ils nous imposent ? Mais ils vont se tirer une balle dans le pied ! Ce n'est pas Hulot et ses revenus de 52000€ mensuels qui va permettre aux agriculteurs raisonnables de vivre !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier