Europe : Les exportations de blé français battent leur plein

SC

Les exportations de blé meunier français vers les pays tiers devraient battrent tous les records et atteindre les 11 millions de tonnes à la fin de la campagne, estime FranceAgriMer. Le blé français a notamment pris la tête des origines à destination de l'Égypte.

L'agitation est à son comble dans les ports français. «Toute la logistique portuaire est mobilisée» confirme Xavier Rousselin, responsable de l'unité des grandes cultures de FranceAgriMer. De Dunkerque à Bordeaux, en passant par Rouen, Saint-Nazaire, Nantes, Caen ou les Sables d'Olonne, tout le monde est sur le pont. Certains ports, comme Bordeaux, chargent du blé pour la première fois de leur histoire.

Au 3 septembre, 1,7 Mt de tonne ont ainsi déjà été embarqué dont 318.000 t sur les seuls 5 premiers jours de septembre. « Si on restait sur ce rythme, on arriverait à 19,6 millions de tonnes exportés sur la campagne » explique Xavier Rousselin. Un chiffre impossible à atteindre compte tenu des disponibilités françaises en blé meunier. FranceAgrimer table plutôt sur un chiffre prévisionnel de 11 MT exportés d'ici la fin de la campagne, dont une bonne partie vers l'Égypte. Un peu plus si la France importe du blé fourrager d'Allemagne pour son alimentation animale, libérant ainsi du blé meunier pour l'exportation. Un scénario tout à fait possible compte tenu de la mauvaise qualité de la récolte allemande : 50 % des blés sont considérés comme fourragers contre 20 % habituellement. Les prévisions d'importations françaises sont de ce fait à la hausse à 1,2 Mt. Un chiffre jamais atteint depuis la campagne 1947-1948 !


Une qualité exceptionnelle

Mais comment expliquer une tel succès des blés français ? Le contexte mondial d'abord, marqué par un arrêt des exportations russes et une demande très forte des pays du Maghreb qui n'ont d'autres solutions que de se reporter vers l'origine américaine ou européenne.

L'Allemagne étant hors jeu au niveau qualité et les États-unis moins compétitifs au niveau prix, la France est la première origine recherchée. Résultat : les importateurs cherchent à s'approvisionner au plus vite chez nous, avant que les prix ne grimpent ou que les disponibilités ne s'épuisent. En effet, la demande est telle que FranceAgriMer n'exclut pas un retrait de la France du marché de l'export pour le premier trimestre 2011. Le blé français a notamment pris la tête des origines à destination de l'Égypte.

Autre facteur en faveur de l'origine hexagonale : la qualité des blés français sera exceptionnelle cette année ! Le taux de protéine avoisine les 11,6% avec des poids spécifiques moyens de 78,8, critère décisif pour remporter les contrats commerciaux à l'exportation.


Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier