Exportations de vins et spiritueux : Légère reprise attendue pour 2010

Les vins et spiritueux français ont connu une année noire en 2009, avec une baisse drastique de leurs exportations. La Fédération des exportateurs table sur une reprise «maigrelette» en 2010 .

Après un début 2009 « catastrophique », « l'année s'est terminée beaucoup mieux qu'elle n'avait commencé avec de bons mois de novembre et décembre », a affirmé jeudi Claude de Jouvencel, président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS). « La reprise étant loin d'être acquise, nous resterons donc prudents », a-t-il ajouté lors de la publication des chiffres des exportations 2009.

Pour 2010, la FEVS table sur une croissance « maigrelette » des exportations, 5% au mieux. « On attend une meilleure ambiance et nous misons aussi sur le millésime 2009. Il faut être patient, le marché est là », a déclaré pour sa part, Louis Latour, président du négoce bourguignon pour qui «le plus dur est passé».

Chute de 19% des exportations de vin

En 2009, les exportations ont chuté de 17% à 7,7 milliards d'euros. Un montant dans la fourchette prévue l'an dernier par la fédération qui misait sur une baisse entre 15 et 20%. Les exportations de vins accusent la chute la plus importante, -19% à 5,5 milliards d'euros tandis que celles des spiritueux subissent un repli moindre, de -12% à 2,2 milliards d'euros.

Le champagne affiche les plus mauvais résultats (-28%. Les vins d'appellation d'origine contrôlée (AOC) sont aussi à la baisse (-19%): le Bordeaux chute de -23%, le Bourgogne de -22,5%, le Beaujolais de -16%. En revanche, les vins de pays (-2,1%) et de table (+0,3%) ainsi que les mousseux (-1%), moins chers, ont beaucoup mieux résisté.

«Ce sont les pays qui font du haut de gamme, comme la France, qui ont le plus souffert», a reconnu M. de Jouvencel.

Tous les marchés français dans le rouge

La crise économique a entraîné des changements de comportement chez les consommateurs. Au lieu de consommer au restaurant, les clients ont acheté du vin dans les grandes surfaces pour une consommation à domicile. De même, ils se sont orientés vers l'entrée de gamme.

« Il nous manque des produits avec un affichage clair de marque et de cépage pour renforcer notre offre sur les marchés anglo-saxons », reconnaît la FEVS. Les vins du nouveau monde se sont imposés sur les marchés avec une offre simple et moins onéreuse que celle proposée par les producteurs français.

Tous les marchés de la France sont dans le rouge, mis à part la Chine et Hong Kong. Les deux principales destinations des vins hexagonaux que sont les États-unis et le Royaume Uni enregistrent les baisses les plus fortes, respectivement -30% et -23%.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires