Exportations : Les USA triplent les droits de douane sur le roquefort

Les États-unis annoncent le triplement des droits de douane imposés aux importations de roquefort, une sanction prise en rétorsion de l'interdiction par Bruxelles du boeuf américain aux hormones .

La représentante américaine au Commerce extérieur (USTR) a modifié la liste des produits de l'UE sujets à des droits de douane supplémentaires en lien avec le conflit du boeuf aux hormones devant l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Ces modifications concernent notamment le roquefort, dont les droits de douanes passent de 100% à 300% à partir du 23 mars.

Cette décision est en conformité avec les règles de l'OMC qui, le 16 octobre, a jugé que les sanctions prises par les États-unis et le Canada contre les produits européens étaient légales. Les Américains veulent ainsi faire pression sur l'UE pour qu'elle autorise l'accès au marché du boeuf américain.

L'UE considère cette décision comme « une tentative claire d'aggraver le conflit », qui ne lui donne « pas d'autre choix que de commencer à (se) préparer pour porter cette affaire devant l'OMC ».

Vingt-six des 27 pays de l'Union sont visés

Les sanctions vont au-delà du roquefort. La liste mise à jour par les États-Unis recense toutes sortes de denrées dont les droits de douane s'élèveront désormais à 100%: des viandes, des fruits et légumes, des champignons, des céréales, des chewing-gums, du chocolat, des châtaignes, des jus de fruits, des eaux minérales et des graisses.

Vingt-six des 27 pays de l'Union sont visés, le Royaume-Uni seul étant épargné car il a toujours été favorable au boeuf aux hormones.

« Le montant des sanctions s'élève à 116,8 millions d'euros sur une liste définie de denrées. Il est clair que les exportateurs vont faire face à une incertitude accrue, leurs produits pouvant être sujets à des droits de douane sévères avec un préavis court. Les implications de cette mesure en termes d'échanges commerciaux seront importants », ont déploré les Européens.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier