F. Hollande annonce "un plan de rattrapage" pour les retraites des agriculteurs

F. Hollande annonce "un plan de rattrapage" pour les retraites des agriculteurs

François Hollande a annoncé lors d'une visite en Dordogne "un plan de rattrapage" pour les petites retraites des agriculteurs, pour lesquels sera désormais assurée une pension "qui atteindra au moins 75% du SMIC".

"La situation des retraites agricoles n'est pas satisfaisante, il y aura donc un plan de rattrapage", a déclaré le chef de l'Etat

"Nous préparons l'avenir des retraites, des petites pensions, et notamment dans le domaine de l'agriculture où il y a des femmes et des hommes, beaucoup de femmes, qui vivent avec des pensions qui sont très faibles. Et donc sera assurée une pension dans les trois prochaines années qui atteindra au moins 75% du SMIC. C'est une promesse que j'avais avancée dans la campagne et c'est maintenant une décision", a-t-il poursuivi.

Selon la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, plus d'1,2 million de retraités de l'agriculture ont une retraite moyenne de 722 euros par mois après une carrière complète.  

François Hollande avait proposé, lors de la campagne présidentielle, un plan sur cinq ans pour revaloriser les retraites des exploitants agricoles et de leurs conjoints.

L'augmentation des retraites des non-salariés agricoles --les chefs d'exploitation, leurs conjoints (à 98% des femmes) et les aides familiaux, la plupart du temps les enfants qui travaillent dans les fermes-- est une des grandes revendications de la profession.

Pour les syndicats, 75% du SMIC constituent un "minima", comme ils l'avaient rappelé lors de la réunion de concertation avec la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Les scénarios soumis à cette occasion aux partenaires sociaux, selon le ministère de l'Agriculture, comprennent la revalorisation à 75 % du SMIC et l'attribution d'un revenu complémentaire obligatoire aux conjoints qui n'en ont aucun actuellement.

La FNSEA souhaiterait également que la retraite des agriculteurs soit calculée sur les 25 meilleures années et non sur la totalité de leur carrière.  Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, a salué vendredi l'annonce du chef de l'Etat. "C'est une promesse du candidat Hollande, il la met en oeuvre, nous en sommes satisfaits".

M. Beulin a insisté sur la question de la base de calcul des retraites

 "Nous sommes loin de la parité, on calcule les retraites agricoles sur une carrière entière, c'est la seule profession pour laquelle ça se passe comme cela", a-t-il plaidé, espérant que le monde agricole allait finir par "rattraper le lot commun des professions".

En outre, il a souligné la problématique du déséquilibre croissant du régime des retraites agricole, en raison de la baisse structurelle du nombre d'agriculteurs.

"Nous voyons bien que l'assiette de contributeurs diminue, (...) et, du coup on a un déséquilibre structurel du régime des retraites agricoles, sans doute faudra-t-il revoir cette assiette", a-t-il prévenu.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

geo

J'essayais de trouver des marges de manœuvre possibles en restant uniquement dans le régime agricole (un prof ne cotise pas à la MSA) car je pense tout simplement qu'aucune autre solution ne sera trouvée autrement. Les marges de manœuvre sont extrêmement réduites: dur de toucher aux taux de cotisation déjà jugés très élevés, dur d'augmenter la durée et l'âge légal, impossible de demander aux retraités agri de se voir appliquer CRDS et CSG sur des trop petites pensions...L'hypothèse de cotisations uniformes quel que soit le régime est à coup sûr la plus juste...mais elle est bien trop risquée politiquement donc personne n'osera s'y attaquer. (cf Réforme des régimes spéciaux où, au final, pas grand chose n'a changé).

celtique1810

la solution est peut être bonne, mais pourquoi uniquement taxer les agriculteurs qui vendent des terrains à batir. (ex Mon voisin est prof il a hérité de plusieurs Ha de terre de ses parents il a fait plusieurs lots vendus pour la construction, pourquoi lui ne serait il pas taxé?) Comment peut-on accepter qu' un agriculteur perçoive env 700€ après avoir cotisé durant + de 40 ans alors que l'on attribue des sommes quasi identiques à des personnes relativement jeunes durant des années sans aucun contrôle.Versons déjà les pensions à ceux qui ont cotisé, plutot que de faire l'inverse.Allonger la durée des cotisations est peut-être une solution mais certainement pas pour l'agriculture qui est un métier usant physiquement et nerveusement. On devrait verser une pension à tous ceux qui ont cotisé 40 ans soit 160 trim quel que soit la profession et peut-être il y aurait un peu moins de disparité

geo

La question qui se posera très vite est la suivante: comment on finance?
Comme le reconnait à juste titre Xavier Beulin, il y a un gros soucis: de moins en moins d'agriculteurs pour de plus en plus de retraités agricoles. Et on sait déjà que cette tendance ne s'inversera pas d'aussitôt quand 1 exploitation sur 4 disparaît tous les 10 ans.
Difficile d'augmenter les cotisations MSA pour les actifs. Je propose donc que tout terrain agricole qui change de vocation soit soumis à une fiscalité spéciale. En gros, si un agriculteur réussit à vendre un terrain à bâtir, il réalise une forte plus-value par rapport au prix de la terre agricole. Taxons cette plus-value pour financer les retraites.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier