Fdane 15 : une nouvelle venue dans le paysage cantalien

P. OLIVIERI

Premiers pas de la petite sœur cantalienne de la Frane.

Fdane 15 : une nouvelle venue dans le paysage cantalien

C’est une toute jeune structure qui s’est présentée mardi soir aux associations cantaliennes œuvrant en faveur de l’environnement. La Fdane Cantal (Fédération départementale des associations pour la nature et l’environnement) est en effet née le 16 août des réflexions d’un petit groupe dernier mais elle sait déjà pouvoir compter sur une grande sœur à l’expérience bien éprouvée : la Frane (fédération auvergnate), elle-même affiliée à la puissante FNE (France nature environnement). Cette dernière a fait parler d’elle il y a quelques mois suite à sa campagne d’affichage dénonçant les supposés méfaits de l’agriculture intensive mais aussi de l’élevage. Si pour l’heure la Fdane ne compte encore que peu d’adhérents (associations ou individuels), une petite vingtaine d’associations avaient répondu présent en début de semaine à la Maison des associations à Aurillac - où la fédération a son siège - pour s’informer sur les objectifs de la nouvelle venue.

“Nous avons créé cette association loi 1901 parce que localement les pouvoirs publics comme les collectivités étaient obligés de passer par la Frane pour avoir des interlocuteurs reconnus ; désormais le circuit est plus court”, explique Jean-François Madelpuech, le président de Fdane 15. Apporter un regard d’expert, un savoir, des analyses, voire des formations, sur les dossiers inhérents aux questions environnementales, en fédérant par ailleurs les associations cantaliennes : telle est l’ambition des co-fondateurs de l’association dont les représentants devraient désormais siéger dans différentes instances départementales comme la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS). “Mais nous sommes aussi une association militante qui défendra ses idées dans un esprit responsable et pas systématiquement dans une position d’opposants et encore moins de violence”, poursuit le président.

Sentinelles de l’environnement

Parmi les premiers axes prioritaires de son action : la question de l’artificialisation des terres agricoles “particulièrement prégnante dans le Cantal”, souligne Jean-François Madelpuech. Avant d’ajouter : “Nous ne sommes pas contre le développement des routes ou des zones d’activités, mais il faut réfléchir au réel intérêt que certains projets représentent.” Autre action que projette la fédération : la mise en place d’un dispositif “sentinelles” de l’environnement dans le département, lequel réseau aurait mission de répertorier les “points noirs” environnementaux : décharges sauvages, pollutions ponctuelles ou pérennes des cours d’eau, atteintes aux sols, aux espèces, paysages, pollutions visuelles avec la débauche de panneaux publicitaires à l’entrée de certaines villes : “Une fois encore nous ne sommes pas opposés à la publicité mais il faut qu’elle s’intègre dans le paysage”, illustre le représentant de la Fdane 15, qui se dit réaliste et modeste dans un premier temps sur les ambitions de la nouvelle venue qui compte en outre s’inscrire dans l’action de la Frane.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier