Fermiers du Bas-Rouergue : Des satisfactions et des inquiétudes

Didier BOUVILLE

Les Fermiers du Bas Rouergue ont quasiment maintenu leurs volumes de viandes commercialisées en 2009. Mais la coopérative reste inquiète sur l'avenir de l'abattoir municipal de Villefranche de Rouergue en sursis.

La coopérative des Fermiers du Bas-Rouergue (75 adhérents) a tenu son assemblée générale jeudi 15 avril à Villefranche de Rouergue sous les co-présidences de René Authesserre et d'Hervé Marty. Cette structure de producteurs créée en 1974, emploie aujourd'hui dix salariés, un de plus depuis 2009. Elle a valorisé l'an dernier environ 300 tonnes de viandes dans le circuit de la boucherie traditionnelle (boeuf, veaux d'Aveyron, porc, volaille, agneaux, charcuterie, plats cuisinés). Ses volumes sont en baisse de 3 %, de 1,5 % «seulement» pour le chiffre d'affaires, «cela prouve que nous avons bien valorisé nos produits» note la coopérative, en dépit de la conjoncture difficile. En revanche, le magasin de la route de Monteils, pionnier de la vente directe organisée depuis 20 ans, a lui augmenté son chiffre d'affaires, malgré un début d'année jugé «décevant».

Prix garantis

Les producteurs adhérents installés dans le Villefranchois valorisent donc une partie de la production de leurs élevages dans une boucherie traditionnelle qui concentre 70 % des ventes de la coopérative sur une trentaine de lieux en France. Le reste étant commercialisé dans son magasin de vente au détail et auprès d'une trentaine de restaurants des régions villefranchoise et toulousaine. La production, positionnée sur le créneau de la qualité et de la provenance directe de chez le producteur, est organisée sur le principe d'une fixation du prix décidée une fois par an. L'éleveur sait donc à l'avance combien sera valorisée sa production, et le boucher à quel prix il pourra acheter sa matière première de qualité. Pour la coopérative, cette garantie de stabilité des marges conforte le bon fonctionnement de la structure.

Abattoir de Villefranche

Si l'objectif des Fermiers du Bas Rouergue est de maintenir leur activité régulière et de développer la valorisation de leurs produits, la coopérative affiche cependant quelque inquiétude face à la fermeture de l'abattoir municipal de Villefranche de Rouergue annoncée pour la fin de l'année. Les Fermiers du Bas Rouergue travaillent depuis des mois sur la possibilité éventuelle de créer un nouvel abattoir aux normes européennes, en relation avec l'abatteur Davy. Les producteurs regrettent «le désengagement des politiques» qui seraient favorables à un nouvel abattoir totalement privé... «Nous avons une coopérative saine, de proximité, et une activité de diversification indispensable pour les producteurs, tout cela est remis en cause» proteste un administrateur qui milite lui aussi pour un partenariat privé-public. «Face à la crise agricole actuelle, c'est toute une agriculture locale qui est perturbée devant une décision dont nous ne sommes pas responsables». Pour la coopérative, le compte à rebours est donc lancé pour travailler sur un projet financier viable, visant à maintenir un site d'abattage moderne à Villefranche, pour conserver la dynamique commerciale des Fermiers du Bas Rouergue.

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier