FNC : La filière cheval va mal

SC

La Fédération Nationale du Cheval s'apprête à souffler ses 60 bougies. L'occasion d'un coup de projecteur sur une activité en pleine mutation.

L'engouement pour l'équitation, la bonne santé relative de la consommation de viande chevaline et la reconnaissance agricole des activités équestres, sont autant d'éléments qui pourraient laisser envisager un avenir serein à la filière cheval en France. Pourtant, «l'élevage français, dans son ensemble, est en péril» estime la Fédération Nationale du Cheval, filière spécialisée de la FNSEA.

Des résultats technico-économiques catastrophiques, un marché de la viande pas adapté à la demande, une filière inorganisée… Telles sont les causes principales des difficultés de la filière. Pour s'en sortir, le syndicat estime que «Le monde du cheval doit bénéficier du poids et du savoir-faire des organisations professionnelles agricoles ».

Pour la Fédération, l'accent doit être mis sur la professionnalisation des acteurs de la filière et notamment des éleveurs , l'accompagnement technique et la relance de la vente de la viande chevaline… La FNC développe, dans un Livre Blanc, les mesures qu'elle estime indispensables pour préserver l'élevage français : « Il est grand temps de rendre efficiente la reconnaissance agricole des activités cheval » explique notamment Marianne Dutoit, présidente de FNC.

A l'occasion de son assemblée générale, qui célèbrera le 60ème anniversaire de sa création, la FNC lance officiellement un guide «Créer et développer une entreprise cheval» qui aborde tous les aspects de la filière par le biais de 100 fiches pratiques.

La filière équine en France représente aujourd'hui environ 50.000 éleveurs qui élèvent 850.000 chevaux, soit l'équivalent, en nombre, de la filière chèvre française.


Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier