FNE dénonce une « censure » sur certaines de ses affiches

La fédération écologiste France Nature Environnement dénonce une «censure» de ses affiches sur la prolifération d'algues vertes après avoir constaté qu'elles n'avait pas été placardées dans les stations de métro comme prévu.

« FNE découvre avec étonnement que trois des six visuels prévus dans le dispositif d'affichage ne sont pas présents sur les panneaux alors qu'aucune explication officielle ne nous a été fournie », a indiqué la fédération.

« On a vraiment l'impression d'être censurés », a précisé à l'AFP Benoît Hartmann, porte-parole de la FNE. La régie publicitaire a bien couvert les 21 panneaux prévus dans trois stations (Odéon, Montparnasse, Saint-Lazare) mais n'a pas utilisé deux visuels dénonçant la prolifération d'algues vertes attribuée à l'élevage industriel des porcs et aux engrais ainsi qu'un visuel dénonçant la dangerosité de certains pesticides pour les abeilles intitulé « Kill Bees », selon FNE.

Metrobus, la régie publicitaire de la RATP, n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Les visuels sur les algues vertes avaient été contestés par l'interprofession nationale porcine. Mais la demande d'interdiction avait été rejetée lundi soir par la justice. Ils ont aussi suscité de vives réactions en Bretagne, où élus et professionnels du tourisme estiment avoir pris le problème à bras-le-corps.

FNE demande que «l'affichage prévu (du 15 au 21 février) soit respecté» précisant que le coût de sa campagne de communication, qui comprend aussi de l'achat d'encarts dans la presse, est «de l'ordre de 100.000 euros».

Les visuels visibles mardi dans le métro parisien concernaient les OGM, pour deux d'entre eux, et les pesticides pour le troisième.

Source afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires