France : 35 millions pour améliorer la performance énergétique des exploitations

SC

Michel Barnier vient de lancer le « plan de performance énergétique des exploitations agricoles». Dès 2009, un budget de 35 millions d'euros sera consacré à améliorer l'efficacité énergétique des exploitations et à produire des énergies renouvelables.

100.000 diagnostics sur 5 ans

5 millions, issus du budget du ministère de l'Agriculture, seront consacrés au financement de diagnostics énergétiques des exploitations. L'objectif est de faire un état des lieux de la consommation d'énergie mais surtout d'identifier les marges de progrès à réaliser pour améliorer la performance énergétique de l'exploitation, des pratiques culturales, du matériel ou des bâtiments (réductions des intrants azotés, modification des itinéraires techniques, isolation des bâtiments…).

L'objectif est de réaliser 100.000 diagnostics sur cinq ans. Les chambres d'Agriculture prévoient la réalisation, dans les 6 mois, de 500 diagnostics pour expérimenter le dispositif. Ces diagnostics témoins serviront d'exemple pour les autres exploitations.

Soutenir les investissements et la production d'énergie renouvelable

30 millions d'euros, versés dans le cadre du plan de relance de l'économie, permettront de soutenir des investissements pour maîtriser la consommation d'énergie (isolation, récupération de chaleur, ...) et produire des énergies renouvelables au sein des exploitations (méthanisation, chauffe-eau et séchage solaires, chaudière à biomasse...).

Les aides à l'investissement concernent des projets individuels mais aussi collectifs. Le ministère table notamment sur la mise en place de 20 bancs d'essai de tracteurs et envisage la construction de 30 unités de méthanisation, permettant la valorisation énergétique des effluents d'élevage.


Un taux de subvention de 40%

La liste des investissements éligibles, les conditions d'accès pour les agriculteurs ainsi que les dossiers de demande seront disponibles dans les directions départementales de l'agriculture (DDAF et DDEA). Elles disposeront également de la liste des structures habilitées à réaliser les diagnostics énergétiques.

La subvention de l'État pourra se cumuler avec les aides des collectivités territoriales. Le taux de financement, tous financiers confondus, pourra atteindre 40 %, 50 % pour les jeunes agriculteurs, et sera majoré de 10 % pour tous les agriculteurs en zone défavorisée. Le montant minimum subventionnable serait fixé à 2.000 euros et le montant maximum à 40.000 € (150.000 pour les Cuma). Le plafond est fixé à 250.000 € pour les bancs d'essai tracteur et 500.000 pour les unités de méthanisation. Un appel à candidature sera fixé pour ces projets à « enjeu national ».

Des partenaires publics et privés apportent leur soutien à ce plan et participeront notamment au financement des diagnostics énergétiques (Ademe, Gdf Suez, Edf, Apca, Fncuma, Cristal Union et Sofiproteol).

Pour Michel Barnier, ce plan est la traduction concrète du Grenelle de l'environnement visant « à accroître la maîtrise énergétique des exploitations afin d'atteindre un taux de 30% d'exploitations à faible dépendance énergétique d'ici 2013 ».


Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier