France, Espagne, Italie et Irlande ensemble pour sauver l’élevage

Presse Agricole du Massif Central (PAMAC) 63

France, Espagne, Italie et Irlande ensemble pour sauver l’élevage

Le Sommet de l’élevage a été l’occasion pour l’élevage de faire entendre sa voix. Contestant la place réservée à l’élevage au sein de la future PAC, les représentants des éleveurs espagnols, français, italiens et irlandais ont signé un manifeste qu’ils ont remis aux représentants de la Commission européenne ainsi qu’au Ministre de l’Agriculture lors de sa visite au sommet hier.

2014 approche et avec elle l’échéance des négociations sur la future PAC. Pour les éleveurs français mais aussi espagnols, italiens et irlandais, le temps presse. A ce jour, les propositions émises par la Commission européenne ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. Lors d’un colloque organisé par Interbev ce jeudi, une même constatation s’élève en quatre langues : l’élevage est le parent pauvre de la PAC. Malgré une demande mondiale en viande bovine en hausse et une population croissante, la production bovine est en berne. Le secteur en crise doit être soutenu, les spécificités de l’élevage prises en compte. Pour souligner cette urgence, les quatre pays fondateurs du groupe de Madrid ont signé un manifeste qu’ils ont remis à P. Bascou, représentant de la Commission européenne ainsi qu’à S. Le Foll, ministre de l’agriculture. Le texte réaffirme la nécessité de maintenir le budget et de favoriser la progression des prix à la production grâce notamment à des outils de gestion de marché améliorés et au suivi des marges de l’aval. Il est demandé à la Commission européenne de revoir ses propositions en matière de convergence des aides et de couplage. Enfin, la future PAC doit encourager la compétitivité des exploitations en permettant aux exploitations de développer leur autonomie fourragère et en octroyant des aides à la modernisation.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier