France : La maison individuelle grignote les espaces naturels

L'implantation des maisons individuelles s'est accélérée dans les zones rurales, empiétant sur l'agriculture et la forêt, révèle le ministère de l'Agriculture dans sa publication «Agreste».

La construction des maisons individuelles est le principal moteur de l'artificialisation des milieux agricoles et forestiers, révèle le service statistique Agreste, du ministère de l'Agriculture. Et ce, bien plus que l'extension des routes, des terrains de sport et de l'habitat collectif.

De 1992 à 2004, l'habitat individuel a en effet consommé la moitié de la surface subtilisée aux espaces naturels. Sur un total de 800.000 hectares, soit l'équivalent de la superficie de la Marne ou du Puy-de-Dôme, deux des plus vastes départements français, plus de 400.000 ha ont été consacrés à la construction de maisons individuelles. Soit près d'1% du territoire. Une artificialisation qui touche davantage les sols agricoles que les bois et forêts, mieux protégés par la réglementation.





La France reste un pays rural

Ce phénomène s'explique par la croissance démographique mais aussi par le goût des Français pour la pelouse et le jardin. En 2004, l'habitat individuel représentait deux millions d'hectares. C'est surtout dans les zones rurales (+34%) que les maisons se sont implantées, devant les banlieues (+25%) et les villes (+17%).

Mais la France reste, de loin, un pays rural. Une grosse moitié (54%) de sa superficie est encore consacrée à l'agriculture et 30% à l'activité forestière. Seuls près de 10% des sols sont utilisés par l'industrie, le tertiaire et l'habitat résidentiel.

La « rurbanisation » du territoire entraîne cependant une densification du réseau routier. Entre 1992 et 2004, 148.000 ha ont été récupérés sur les espaces agricoles et forestiers pour améliorer et créer de nouvelles voies. Les équipements de sport et loisirs sont aussi consommateurs d'espaces naturels (74.000 ha), devant les zones industrielles (33.000 ha) et le commerce (22.000 ha).

Superficies artificialisées entre 1992 et 2004 selon leur fonction (en millier d'hectares). Source Agreste

Superficies artificialisées entre 1992 et 2004 selon leur fonction (en millier d'hectares). Source Agreste

 

Source Agreste Primeur janvier 2009

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier