François Hollande : « Je sais qu'il n'y a pas de ruralité sans agriculteurs »

François Hollande : « Je sais qu'il n'y a pas de ruralité sans agriculteurs »

Le candidat PS, applaudi au début de son intervention, a souligné l'importance de l'agriculture française et a promis d’utiliser le grand emprunt pour stimuler la recherche agricole.

« Je sais depuis longtemps qu'il n'y a pas de ruralité sans agriculteurs », a affirmé le candidat socialiste,  en précisant que "L''agriculture ne devait  pas être une variable d'ajustement par rapport à d'autres secteurs économiques », mais pouvait être  « une réponse au défi énergétique". Pour lui, le redressement économique des campagnes passe par une relance de la compétitivité de ces territoires.  

Endossant le costume de président, il précise que "le premier devoir du prochain président sera de sécuriser les engagements actuels et de faire en sorte que la part (du budget Ndlr) de la PAC soit maintenue. Il se prononce pour la contractualisation  entre agriculteurs et industriels et critique "la relation déséquilibrée" en faveur de la grande distribution. Défendant la production locale, le candidat socialiste fixe à 40% la part de ces produits "pour reconquérir les marchés".

«L'agriculture doit permettre de réduire la facture énergétique de la France »

En matière d’environnement, il affirme ne pas opposer  progrès et environnement. "Quand on sert le progrès on sert l’environnement." Il s'est dit favorable à une fiscalité incitative aux investissements dans le biogaz. «L'agriculture doit permettre de réduire la facture énergétique de la France », tout en assurant des revenus aux exploitants.  Il a aussi estimé que les charges et les cotisations agricoles étaient trop lourdes, tout en précisant que  tout changement requerrait une harmonisation européenne.

François Hollande a également insisté sur la nécessité d’enrayer « l'hémorragie des hectares de terre », en fixant des règles avec les collectivités locales. Son objectif : réduire de moitié chaque année, au cours du quinquennat, la disparition des terres agricoles. "Les biens agricoles ne sont pas des biens comme les autres, c’est la raison d'être de la PAC", a-t-il lancé.

Dupont-Aignan plaide pour une exception agricole

dupont

Lors de son intervention, le candidat de Debout la république a plaidé pour  une "exception agricole" à l'OMC, estimant que les agriculteurs n’avaient « pas besoin de charité" mais de "prix garantis".  "L'exception agricole française est au moins aussi importante que l'exception culturelle (...) Il faut rétablir la préférence communautaire", a-t-il insisté.

A propos des contrats proposés par Lactalis aux producteurs, il parle de  "contrat de la honte qui rétablit le sevrage".

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier