Fromages français : En perte de vitesse sur le marché mondial

La France, pays du fromage, a perdu du terrain en 2009 sur le marché mondial en raison d'un manque de compétitivité, plombé par un prix du lait plus élevé que chez ses principaux concurrents, mais les professionnels entrevoient des signes de reprise grâce au haut de gamme.

L'année dernière les producteurs français de fromages ont vendu pour 2,5 milliards d'euros de fromages à l'exportation, une baisse de 4,8% par rapport à 2008. Les difficultés du secteur sont surtout perceptibles pour les fromages qui nécessitent une grande quantité de lait. C'est le cas de l'emmental. Douze litres de lait sont nécessaires pour fabriquer un kilo d'emmental contre 2 litres pour un camembert.

L'année dernière en France, le prix du lait a été en moyenne 15% supérieur à celui versé aux producteurs allemands et 9,5% plus élevé qu'aux Pays-Bas. Ce prix plus élevé a été obtenu à l'issue de crises à répétition chez les producteurs laitiers français, très inquiets de la chute de leurs revenus. En 2009 « la France a perdu l'équivalent de la production de deux usines d'emmental », souligne Olivier Picot, président de l'Association de la Transformation laitière française (Atla), organisme qui représente industriels et coopératives.

Néanmoins pour les professionnels présents au salon du fromage qui se tient en marge du salon de l'agriculture, et qui veut désormais s'orienter sur le haut de gamme, des signes de reprise sont perceptibles. « C'est vrai qu'on a connu une année 2009 difficile. Mais ici c'est un bon moyen de sentir le marché, et là on a vu pas mal de clients étrangers, beaucoup d'Américains notamment », assure Arnaud Gauthier directeur commercial de la fromagerie Lincet.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier