FRSEA : Un nouveau président, et une multitude de préoccupations

Sophie Giraud

FRSEA : Un nouveau président, et une multitude de préoccupations

Le conseil d'administration de la FRSEA s'est réuni dernièrement pour élire son président et faire le tour de l'actualité.

Outre la réélection de Michel Leblay à la présidence du syndicat, le dernier conseil d'Aubière a été l'occasion d'aborder de nombreux sujets d'actualité, dont la FCO, avec les problèmes de disponibilités des doses de vaccin. “Des compléments de doses sont en train d'arriver pour les animaux transhumants, grâce à la pression professionnelle, car ce type de cas n'avait pas été pris en considération”, expliquait alors Patrick Bénézit, responsable de la section bovine régionale. L'incitation à la vaccination est toujours de rigueur. Côté échanges, si le nouveau cadre juridique communautaire permet des accords bilatéraux (France et Italie en particulier), des négociations, notamment sur le raccourcissement du délai entre la vaccination et le départ vers l'Italie, ont partiellement abouti (voir plus haut). En plus des six millions d'euros annoncés par le ministre de l'Agriculture, la profession a sollicité une aide de l'État sous forme d'allègement des charges.

Les trésoreries plombées

“En production laitière, heureusement que le prix du lait a augmenté, sinon on aurait assisté à la révolution dans les campagnes, tant les charges ont augmenté ces derniers mois !”, a estimé Yannick Fialip, président de la section régionale laitière. Même constat pour la production porcine, sauf que ce marché s'est, lui, effondré. “Nous sommes à nouveau repartis sur une période de baisse. Les charges énergétiques et alimentaires ont explosé. En 2007, les prix à la production ont baissé de 22 % tandis que les prix à la consommation ont progressé de 8 %. Les semaines à venir vont être décisives”, a expliqué Christian Guy, président de la section régionale porcine.

17 millions d'aides pour les éleveurs ovins

En production ovine, la situation est également tendue. Le revenu moyen des moutonniers en 2007 avoisine les 4 500 euros. Autant dire que l'enveloppe de 17 millions, annoncée lors du congrès de la FNO pour venir en aide aux éleveurs, a été bien accueillie. “Trois millions sont affectés au fonds d'allègement des charges et 14 à la reconduction de l'aide de minimis dont les conditions d'attribution ont été élargies pour permettre à un plus grand nombre d'éleveurs d'en bénéficier”, a précisé Michèle Delesvaux, présidente de la fédération régionale ovine. Et de se féliciter de l'engagement renouvelé de M. Barnier de “réorienter un certain nombre d'aides dans le premier pilier de la Pac vers l'élevage ovin”.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source journal L'Union du Cantal »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires