Fruits et légumes : Regrouper ses forces pour peser sur le marché français

B.BOUCHOT

Tomates, concombres, fraises ou désormais pêches et nectarines: les producteurs, souvent confrontés à des baisses de revenus, sont de plus en plus nombreux à regrouper leurs forces pour peser face à la grande distribution et mieux séduire le consommateur.

Une vingtaine d'acteurs, arboriculteurs et entreprises chargées des expéditions de la filière pêches et nectarines, ont créé leur association d'organisations de producteurs (AOP). Les producteurs de tomates et concombres ont également pris le pas en créant leur propre AOP. Puis, ont suivi le pruneau, les cerises, l'asperge et plus récemment la fraise et le raisin de table. D'autres sont en attente : endives, mâche, clémentines, pommes-poires, abricots,...

Renforcement des AOP

Depuis 2008, la France, comme les autres pays membres de l'Union européenne, renforce ses groupements de producteurs, avec l'accord de Bruxelles, comme celle du Conseil de la concurrence. A elle seule, avait souligné l'autorité de la concurrence, la grande distribution concentre 74% du chiffre d'affaires des fruits et légumes au détail.

L'intérêt des AOP

La stratégie marketing des AOP est fondée sur le développement d'une marque ou la diversification de l'offre pour faire progresser la demande. Les producteurs de tomates ont ainsi porté leurs efforts sur la multiplication de leurs produits: tomate grappe à manger crue, tomate cocktail, légèrement sucrée, tomate coeur de boeuf qui résiste à la cuisson... Les producteurs de pêches et nectarines vont, eux, mettre l'accent sur leur nouvelle marque « Pêche d'ici », via une nouvelle étiquette sur les fruits et une campagne de communication.

L'objectif est que le consommateur remarque ce produit et l'apparente à une certaine qualité. Cette marque doit aussi permettre aux clients de différencier les importations étrangères de la production française. Et de donner un coup de pouce à celle-ci, même si elle est un peu plus chère.

Source d'après l'AFP

Publié par B.BOUCHOT

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier