Futurol développe la nouvelle génération d'agrocarburants dans la Marne

Futurol développe la nouvelle génération d'agrocarburants dans la Marne

Le premier pilote français de production de bioéthanol de deuxième génération a été inauguré à Pomacle (Marne), avec l'objectif de développer à l'horizon 2020 un agrocarburant compétitif à partir de végétaux non-alimentaires.

Implanté au cœur de l'agropôle de Pomacle-Bazancourt, le projet Futurol va expérimenter et perfectionner des techniques de production d'éthanol en déstructurant la cellulose des végétaux afin d'en isoler les sucres.

"Contrairement à la première génération de bioéthanol, nous n'utilisons pas de plantes alimentaires comme la canne ou la betterave, nos recherches concernent les résidus agricoles ou forestiers et les cultures énergétiques dédiées", a expliqué Benoît Trémeau, secrétaire général de Futurol, lors de l'inauguration. La matière première cellulosique, collectée dans un rayon de 50 km autour de l'usine, est principalement composée de pulpe de betterave, paille, son de blé ainsi que de résidus de bois ou de taillis. Une partie de la recherche porte également sur l'exploitation du "miscanthus" une plante riche en ligno-cellulose dont la culture ne nécessite pas d'engrais et consomme peu d'eau.

"Futurol est une usine en miniature avec près de 2.000 capteurs d'informations qui vont nous permettre d'adapter à chaque type de produit les techniques d'extraction de la cellulose, les méthodes d'hydrolyse et de fermentation, ainsi que la sélection des enzymes et des levures", a précisé M.
Trémeau. Porté par la société Procethol 2G qui regroupe 11 partenaires comme l'INRA, Total ou encore le Crédit Agricole, Futurol a mobilisé 76,4 millions d'euros, dont 30% sont issus de fonds publics. Vingt salariés travaillent dans l'usine pilote qui accueillera ponctuellement une centaine de chercheurs français.

Après une période expérimentale de quatre ans, le procédé doit entrer dans sa phase industrielle avec la création d'un prototype qui devrait produire 3,5 millions de litres de bioéthanol pour le compte du groupe sucrier Téréos avant sa commercialisation à l'horizon 2016-2020. La France a produit l'an dernier 16,1 millions d'hectolitres d'alcool issu de l'agriculture, dont 10 millions de bioéthanol-carburant.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires