Génération Y : manager des individualités

COGEDIS FIDEOR

Génération Y : manager des individualités

La génération Y est née entre 1980 et 1995. Elle possède ses propres codes, que le manager doit intégrer pour gagner en efficacité.

Comment manager la génération Y* ? Née avec la mondialisation, elle baigne dans le numérique,ne quitte pas son portable et ne saurait vivre sans Internet ni les réseaux sociaux. C’est aussi une génération qui a reçu une éducation différente, moins autoritaire et plus tournée vers l’écoute, parfois abusive des besoins de l’enfant. Les Y ont aussi grandi avec les RTT, la civilisation des loisirs,tout en ne manquant de rien. Dans le monde professionnel, leur comportement diffère de celui de leurs aînés, sur la relation au travail et le rapport à l’autorité.

Accompagnement individuel

Hyperconnectés, les Y maîtrisent parfaitement les nouvelles technologies. Ils sont habitués à l’immédiateté du web, du « plug and play » et des hotlines, qui leur permettent de résoudre instantanément les problèmes. En ce sens, ils sont «paramétrés » pour vouloir et obtenir tout, tout de suite. Débrouillards, ils recherchent sur des forums d’échange, les solutions qu’ils ne trouvent pas dans l’entreprise. La notion de confidentialité leur est d’ailleurs parfois étrangère. Habitués à donner leur avis, ils n’acceptent pas toujours l’autorité et ont parfois tendance à la récuser. La seule autorité qu’ils reconnaissent est celle de la compétence. Les Y ont d’ailleurs besoin de sens pour comprendre et appliquer les ordres de leur manager. Ils sont attachés à une relation de confiance avec leur patron et sont sensibles à la reconnaissance de leur travail. Pour progresser dans leur fonction, les Y apprécient d’être accompagnés individuellement plutôt qu’en groupe, à la manière d’un coaching.Friands de nouveautés, auxquelles ils s’adaptent très rapidement, les Y se lassent des tâches répétitives plus vite que leurs aînés. Leur capacité à zapper est ainsi devenue une habitude qui les rend évidemment plus difficiles à fidéliser pour un manager. Enfin, les Y sont attachés à leurs droits, qu’ils défendent si nécessaire, et préfèrent travailler moins mais mieux.

Manager par le sens

Le managemen tintergénérationnel est souvent compliqué. Pour le salarié Y comme pour le patron, c’est une source d’impatiences et de frustration, qui peut générer de sfrictions, y compris entre les salariés de l’équipe. Pour le manager,l’objectif est donc clair. Il s’agit d’éviter à tout prix l’affrontement, qui se solderait très vite par une démotivation du salarié et une dégradation de ses performances. Il doit veiller, en revanche, à apporter des explications, de la pédagogie et du sens à son management. Au besoin, le patron peut solliciter l ’avis de l’équipe pour montrer de la considération au salarié. Comme les Y sont habitués à la communication instantanée, le manager doit veiller à éviter les non-dits. Le meilleur moyen pour cela est d’organiser des briefings et débriefings, à la fois pour faciliter l’échange mais aussi rappeler les objectifs. Autre règle importante : l’ambiance. Les Y sont sensibles à la qualité du relationnel au sein de l’équipe. Le manager devra donc s’attacher à maintenir de la convivialité, sans perdre de son autorité et de ses prérogatives. Moins donneur d’ordre, le manager se fait plus coach,facilitateur. Son organisation du travail doit être pensée pour réduire le risque de démotivation du salarié Y. Pour cela, il doit structure rrigoureusement sa délégation et le suivi de l’apprentissage.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier