Groupement d'employeurs cantonaux de Challans : Une main tendue pour les coups durs, un coup de pousse pour les coups de bourre

vendee agricole

Besoin d'un remplacement ponctuel ou d'un renfort lors d'un surplus de travail ? Le groupement d'employeurs cantonaux de Challans comble cette attente et parfois cela donne lieu à de belles rencontres. Exemple…

Le 30 avril 2007, Jocelyne Gilet va travailler dans son élevage de poules repros. Un travail quotidien, qu'elle maîtrise car, depuis toujours, elle élève des poules repros. Pourtant, ce jour-là, un geste ordinaire, un réflexe et c'est l'accident : 18 mois d'arrêt de travail.
« Il fallait bien continuer à s'occuper de la production. Mon mari, Roger, est en préretraite, mais il ne pouvait pas s'occuper tout seul de l'élevage de 9000 poules et de 900 coqs. Alors, l'idée nous est venue de faire appel au groupement d'employeurs cantonal (GEC) de Challans avec lequel nous avions déjà collaboré pour un remplacement lors d'un congé maladie et lors de vacances. », se rappelle cette chef d'exploitation basée à la Garnache.

Du personnel compétent

Aussitôt dit, aussitôt fait. Jocelyne Gilet contacte Lucette Menuet, responsable du calendrier du GEC de Challans. « En février 2007 nous avions recruté Lucie Chesnaie qui arrivait d'Ille-et-Vilaine. Issue d'une formation agricole, fille d'agriculteur et surtout disponible, je l'ai orienté vers le remplacement de Jocelyne Gilet », relate la responsable du calendrier.
Et les Gilet n'en furent que plus heureux. « Professionnellement, elle est très bien. Elle anticipait les tâches à venir, prenait des initiatives », n'hésite pas à compléter Roger Gilet.
Mais voilà, Lucie Chesnaie était en CDD jusqu'au mois de septembre 2007 et au terme de son contrat, elle est retournée en Ille-et-Vilaine. « C'est souvent ce qui est le plus contraignant dans le GEC : il faut trouver des salariés qui restent. », déplore Lucette Menuet. Un autre employé du GEC est venu prendre la suite de l'arrêt de travail de l'agricultrice mais « les conditions d'un élevage de poules sont telles que la personne n'a pas pu continuer à travailler à l'exploitation. », fait-elle remarquer.

La solution sous les yeux

« Que fallait-il donc faire ?, s'inquiète-t-elle. Je parle de cette situation à ma soeur Patricia Crochet – vendeuse à temps partiel en fruits et légumes - qui connaissait bien l'élevage vu qu'elle venait déjà y travailler un après-midi par semaine lorsque je n'étais pas blessée. Instinctivement, elle s'est proposée pour venir finir le remplacement tous les après-midi. » Patricia a alors été embauchée en CDD temps partiel par le GEC pour le temps de l'arrêt de travail de sa soeur.
Les jours ont passé et tout le monde y a trouvé son compte et plus encore. En effet, Jocelyne Gilet, qui reprend son activité professionnelle le 25 janvier prochain, a apprécié les avantages et la simplicité du GEC comme celui ne pas avoir à s'occuper des fiches de paie. Pour ce faire, elle a décidé de ne plus embaucher elle-même sa soeur comme auparavant une après-midi par semaine, mais qu'elle soit recrutée en CDI temps partiel par le GEC. Ainsi, Patricia, garde son emploi de vendeuse, et continue à venir travailler un après-midi par semaine chez sa soeur en percevant un salaire plus important par le biais du GEC. Jocelyne, quant à elle se contente de recevoir et de régler la facture - certes un peu plus élevée - à la fin de chaque mois. « Mais j'y trouve mon compte et je trouve cela assez confortable », apprécie l'avicultrice.

Zoom sur : Le GEC de Challans

Créé en 1999, le GEC de Challans, qui dépend du SEA, intervient auprès de ses adhérents et non adhérents pour leur assurer un remplacement lors d'un accident, de congés maladie, de vacances, etc. Ce GEC, présidé par Joël Chevrier, couvre six communes : Challans, La Garnache, Sallertaine, Froidfond, Bois de-Cené et Châteauneuf. Il regroupe actuellement un CDI temps plein, un CDI intermittent, un CDD temps plein et trois personnes qui ensemble font un temps plein (un agriculteur retraité, un étudiant de la MFR de Challans et une agriculture en fin d'activités laitières).

« Je comprends ce que vivent les agriculteurs »

Lucette Menuet est la responsable du calendrier du GEC de Challans. Portrait.

Comme elle le dit si bien, Lucette Menuet est « avant tout une agricultrice ». Installée en EARL avec son mari Michel dans un élevage laitier à Châteauneuf, Lucette Menuet a connu le GEC pour l'avoir utilisé. En juin 2007, elle décide de s'y impliquer en devenant responsable du calendrier. « Je comprends ce que vivent les agriculteurs en cas de coup dur car j'ai été moi-même amenée à vivre cette expérience. Du coup, il m'est plus facile de répondre à leur demande », poursuit-elle. Gestion du calendrier de remplacement, collecte des fiches d'heures, premier contact des agriculteurs en recherche de remplaçants, Lucette Menuet fait le lien entre les professionnels, renseigne, oriente, écoute, rassure : « Elle est douée et dévouée », souligne à son sujet Jocelyne Gilet. Et en plus, elle aime ça. « Au GEC, nous travaillons dans une très bonne ambiance. Nous ne sommes jamais seuls en cas d'épreuves et c'est ce qui fait la force de notre équipe. », soutient-elle.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier