Indispensables chiens de troupeau

C.Fournier

Indispensables chiens de troupeau
Glen et Urbain sont les patrons, face au troupeau d’allaitantes, sous le regard de Dominique et de deux de ses enfants, Alice et Léa. - C.Fournier

Pour Dominique Goyon, éleveur, les chiens de troupeau se sont révélés être d’indispensables auxiliaires de travail.

Installé en Gaec avec son père depuis 1999, puis avec son épouse en 2001, Dominique
Goyon est secrétaire de l’Association cantalienne des utilisateurs de chiens de troupeaux. Au sein de l’Aduct(1), il milite ainsi pour l’utilisation de ce meilleur ami de l’homme qui s’avère être une aide précieuse. Sur l’exploitation de 110 hectares en double troupeau avec une centaine de têtes au total, laitières et allaitantes, répartie sur trois sites - Labro (Ferrières-Saint-Mary), Rezentières et Saint-Alyre, dans le Puy-de-Dôme -, il faut une organisation au top pour conduire l’exploitation et aussi pas mal de passion : “J’expérimente en ce moment un croisement border collie avec un malinois afin de retrouver du mordant pour travailler avec les allaitantes.” En effet, les allaitantes, “très maternelles, ont du mal à accepter les chiens d’où la nécessité d’utiliser ceux qui ont du caractère et une grosse présence dans le troupeau”.

 

 

La volonté de convaincre d’autres éleveurs

Par ailleurs pédicure bovins, Dominique Goyon sillonne les routes du département, une activité dont il profite pour faire connaître les  avantages des chiens de troupeau aux autres éleveurs, et ce n’est pas si facile : “Il faut suivre les formations que dispense la Chambre d’agriculture, mais aussi passer du temps pour dresser l’animal, ce qui, avec la génétique, constitue un point clé… Et enfin, il faut décider d’investir. Souvent, les agriculteurs considèrent que payer pour disposer d’un chien, puis le nourrir, c’est trop ! Alors que le chien est pourtant un outil de travail. Il n’y a qu’à voir quand il faut déplacer le troupeau. Il faudrait trois à quatre personnes pour le remplacer. Oui, il est vraiment indispensable et celui qui a choisi cette formule ne revient pas en arrière…” Pour son propre usage, le Gaec a choisi le border collie : “Nous recherchons avant tout des chiens qui anticipent le mouvement, qui partent sur l’animal avant même d’en recevoir l’ordre… En résumé, un chien de la catégorie des décideurs(2), qui fait preuve d’initiatives et de présence auprès du troupeau, ce qui est indispensable avec des allaitantes.” Le concours de chiens de troupeau (lire par ailleurs) est chaque année une excellente occasion de démontrer le bien-fondé de l’utilisation de cette formule auprès de nouveaux éleveurs, et pour l’Aduct, “d’en assurer donc la promotion auprès de personnes qui pourraient être intéressées mais qui ne voient pas encore tout ce que ça peut leur apporter…”

 

 

Concours : rendez-vous les 26 et 27 juillet

Ouvert à tous les visiteurs, le concours de chiens de troupeau de l’amicale départementale se déroule cette année les 26 et 27 juillet à Lastic,comité des fêtes. Au programme de cette rencontre amicale : recherche du troupeau, rassemblement des bêtes, guidage, passages obligés, passage dans un couloir de contention, franchissement d’un carrefour, chargement en bétaillère, repousse… Samedi, le concours sera réservé aux participants cantaliens, dimanche, aux éleveurs des autres départements : “Cela permet des échanges entre éleveurs d’autres régions et de comparer leurs aptitudes”, indique Dominique Goyon qui présentera Glen au concours, un border collie de souche irlandaise, âgé de deux ans et demi… Suivra-t-il la trace d’Urbain, autre border collie du Gaec, âgé de onze ans ? Il a été qualifié deux fois pour les championnats de France et, par deux fois, a remporté le championnat en interrégionaux Auvergne Limousin.

 

(1) Une quarantaine d’éleveurs sont adhérents.
(2) Deux autres catégories caractérisent les chiens de troupeau : des chiens pour tous les utilisateurs, très polyvalents, et aussi des soumis, très obéissants et plutôt utilisés pour les ovins et les vaches laitières.

 

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires