Installation : Engager suffisamment tôt une réflexion sur la transmission

Renaud Saint-André

Le syndicat des Jeunes agriculteurs du Cantal programme trois “Journées transmission” sur chacun des arrondissements afin de sensibiliser des cédants potentiels.

L'installation demeure la principale préoccupation du syndicat des Jeunes agriculteurs. Et dans ce cadre, il s'implique dans la transmission des exploitations agricoles. Afin de sensibiliser des cédants potentiels, les JA lancent une campagne d'information. Sur un principe qui avait déjà fait ses preuves en 2007, ils organisent un forum par arrondissement. “Il est impossible de dissocier installation et transmission”, estime Nicolas Cussac, président des Jeunes agriculteurs du Cantal. “C'est pourquoi nous nous devons de rappeler les différents outils qui accompagnent le dispositif de reprise.” Et pour les présenter, le syndicat s'est entouré de partenaires : MSA, Adasea, Chambre d'agriculture, Centre de gestion CER-France, etc.

Des aides aux cédants

Au cours d'une matinée, ces organismes présenteront les différentes aides auxquelles un cédant peut prétendre, avant de répondre de manière individualisée et confidentielle aux questions qui leur seront posées sur leurs stands respectifs. Gérard Vigier du Point info installation rappelle les principales prérogatives lorsqu'on installe un jeune qui ne fait pas partie de la famille et sans perspective d'installation familiale : une aide à l'inscription anticipée (au moins douze mois avant une cessation) de 3 000 e dès la transmission actée ; une aide au bail (pour tous les propriétaires exploitants ou non) de 200 e sur chacun des 40 premiers hectares ; une aide à la location des bâtiments de 2 000 e ; éventuellement une aide à la location d'une maison d'habitation de 2 500 e... Parmi les autres dispositifs intéressants, les JA n'oublient pas de mentionner le stage parrainage jusqu'à douze mois qui permet de juger in situ si l'affaire peut convenir. Pas moins de 1 400 invitations à ces “Journées transmission” ont été adressées à des chefs d'exploitations de plus de 55 ans, qu'ils soient en statut individuel ou faisant partie d'une société type Gaec. “Qu'ils n'hésitent pas à venir se renseigner”, plaide Olivier Raynaud, responsable du groupe installation des JA, qui n'ignore pas certaines réticences - souvent injustifiées - à installer un “hors cadre familial”. Du côté des candidats à la reprise, les Jeunes agriculteurs se fient aux conclusions de l'étude économique préalable. Car pour Nicolas Cussac, “on ne vend pas du rêve, la rentabilité d'une exploitation, c'est un projet viable et vivable”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier