Jeunes agriculteurs : des vacances courtes et fractionnées

S C

Jeunes agriculteurs : des vacances courtes et fractionnées

Des séjours courts, fractionnés dans l’année, parfois annulés pour contraintes professionnelles : voilà le portrait-robot du jeune agriculteur en vacances. Des résultats issus du sondage JA mag – AVMA sur les congés des jeunes agriculteurs.

Les jeunes agriculteurs partent-ils en vacances ? Quand ? Combien de temps ? Se font-ils remplacer ? Pour le savoir, JA Mag, en partenariat avec le Service de Remplacement, a réalisé un sondage en ligne auprès du réseau JA.  

Résultat : 70% des jeunes agriculteurs ayant répondu affirment être partis en vacances en 2013. Un chiffre qui les place donc  dans la moyenne hexagonale. Un tiers des français  n’est en effet pas parti en vacances en 2013, ni en 2012.

durée des congès

Des vacances le plus souvent très courtes puisqu’ils ne sont que 11% à prendre plus de 10 jours de congés par an. Un tiers des jeunes agriculteurs interrogés (63,6 %) part entre cinq et quinze jours par an, un quart prenant moins de cinq jours. La grande majorité (71 %) des sondés fractionne ses congés dans l’année.

Il est en effet très difficile pour un agriculteur de s’absenter longtemps de son exploitation : il faut jongler avec le travail, les aléas climatiques, la disponibilité du conjoint, des enfants, des amis... 73 % des agriculteurs interrogés ont d’ailleurs déjà renoncé à des vacances, le plus souvent pour raison professionnelle (à 78 %).

période vacances

 

Et comment se font-ils remplacés ? Plus de 12 % des sondés estiment ne pas avoir besoin d’être remplacés pendant leurs congés et 32 % « s’organisent pour ne pas avoir à être remplacés ». L’appel à la famille (41 %) est largement répandu pour les besoins du remplacement, suivi par les Services de remplacement (19 %). Tous les autres modes de remplacement semblent minoritaires (salarié, associé, entraide, etc.).

 

Autre enseignement de ce sondage : seuls 61 % des jeunes agriculteurs connaissent le crédit d’impôt congé, et seuls 19 % l’utilisent. Cette aide peut représenter jusqu’à 50 % des dépenses de remplacement (14 jours maximum par an).

Voir l'enquête complète en pièce jointe.

 

* Sondage effectué sur Internet (Google Drive) entre le 28 janvier et le 1er mai 2014 auprès du réseau du syndicat Jeunes Agriculteurs. Nombre de répondants : 390.

Source JA Mag

Sur le même sujet

Commentaires 4

skippy

Oui, j'ai plus de trois semaines de repos par an mais j'ai choisi d'investir dans la main d'oeuvre qui peut me remplacer et non dans des robots et autres télescopiques... Sachons où doit être notre priorité! En plus si je tombe malade, je sais sur qui compter ( je suis producteur laitier en individuel et faire tourner la boutique 365/365 est une priorité )

lesserresdellarossa31

effectivement et les autres, non JA!
prendre des vacances c'est partir de l'exploitation sinon ça ne sert à rien!
donc ça a un coup qui devient exorbitant et donc ça devient impossible, encore tant que le crédit d’impôt est en vigueur ça aide, mais j'avoue que 15 jours c'est "short"
Rien encore qui encourage la profession!

pietin 113

SCOUP:il n'y a pas que les adhérents "ja" qui ne partent pas en vacances;quelle est la proportion eleveurs/céréaliers?

À

Pour moi c pas d argent pas de vacances

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier