Pleinchamp.com, votre site d’expertise agricole - Retour à l'accueil
Facebook Twitter google+ Youtube

Découvrez les Services Experts

  • Météo
  • Grandes cultures
  • Élevage
  • Porcs
  • Viticulture
  • Énergie
Agriculteurs, clients du Crédit agricole, informez-vous ici

Mon espace
pleinchamp

Mot de passe oublié ?
Imprimer
  • Accueil
  • >
  • Actualités générales
  • >
  • Actualités
  • >
  • L’agroalimentaire dénonce les pressions de la grande distribution

04/03/13
Actualités générales

L’agroalimentaire dénonce les pressions de la grande distribution

L'Association des industries agroalimentaires (Ania) lance un appel au gouvernement afin de soutenir les producteurs et les industriels face à la pression des distributeurs.

L'Ania demande au gouvernement qu'il amende la Loi de modernisation de l'Économie (LME) censée rééquilibrer les relations entre la grande distribution et ses fournisseurs. Dénonçant la "pression" subie notamment par les PME de la part de la grande distribution, l'Ania "en appelle au gouvernement de toute urgence", considérant que "la LME doit être amendée sur certains points".

Des distributeurs « sans foi ni loi »

Alors que les négociations commerciales annuelles entre fournisseurs et distributeurs, devant fixer les accords tarifaires pour l'année à venir, viennent de s'achever, "les premiers retours des entreprises agroalimentaires sont plus qu'alarmants", indique l'Ania dans son communiqué. "Les distributeurs, sans aucune exception, se sont montrés sans foi ni loi et encore plus agressifs que les années précédentes", dénonce notamment l'Ania

Selon M. Buisson, son président,  "la majorité des enseignes ont demandé au mieux le maintien des tarifs que nous leur avions consenti en 2012, sans tenir compte des importantes hausses des matières premières cette année, voire carrément de nouvelles baisses de prix".  Concrètement, cela se traduirait par des baisses "de l'ordre de 2 à 10%" sur certains produits comme les plats cuisinés, le lait, la charcuterie. Les seules hausses consenties ont été "au mieux de 2% et dans des secteurs où les matières premières ont prix entre 8 et 12% cette année",  explique M. Buisson.

 

Grande distribution : « Notre responsabilité est d'éviter toute hausse des prix »

La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) a aussitôt réagi en dénonçant des "propos scandaleux et inexacts" des représentants de l'industrie agroalimentaire. "La grande distribution se bat pour le pouvoir d'achat de 60 millions de Français, cela devrait être le cas de tous les acteurs de la filière. Notre responsabilité est d'éviter toute hausse des prix, qui est une des plus grandes craintes des Français comme le montrent plusieurs enquêtes, ce n'est manifestement pas la préoccupation de l'agroalimentaire", déclare  le délégué général de la FCD, Jacques Creyssel.

L'Ania estime "urgent" que les pouvoirs publics prennent "des mesures concrètes et immédiates". "Faute de quoi, c'est le modèle alimentaire français et ses entreprises qui vont disparaître", s'alarme l'association.  Pour la FCD, reformer la LME reviendrait à "davantage d'inflation, des hausses de prix et donc une baisse du pouvoir d'achat des Français".

Source : avec AFP

Imprimer
Veuillez vous connecter pour poster un commentaire.

Commentaires12

  • Posté le mardi 12 mars 2013

    gg
    Géo planne ...a les grandes idées!!! Ya plus le prix qui compte pour les comsommateurs et dc faut de la quamtité pour amortir. Le bio et c marginal et très restreint car petit et plus cher
  • Posté le lundi 11 mars 2013

    geo
    Dénoncer sans cesse les marges honteuses c'est une chose mais agir ça en est une autre.Les rapports de force restent inchangés et ont même tendance à être de plus en plus inégalitaires.
    On peut dénoncer les marges mais il existe un sérieux problème: sans la grande distribution, industriels et agriculteurs ne sont rien, car incapables d'organiser un réseau parallèle de distribution pour écouler les fruits de l'agriculture intensive (on produit de gros volumes standardisés par bassins de production spécialisés qui valent 0 s'ils ne sont pas transformés). En revenant à une agriculture diversifiée et de proximité, en expliquant le métier au consommateur, l'agriculteur se retrouve aussitôt dans une autre position bien plus agréable(cf les AMAP)
    Bilan: tout n'est pas si simple. Essayons de réfléchir à des alternatives plutôt que de dénoncer sans cesse la politique des GMS contre laquelle on ne peut rien.
  • Posté le samedi 09 mars 2013

    fairytales
    dites moi avec des tres grandes cooperatives , ou avec des tres grands groupes comme sofiproteol , ou meme regroupés independamment qu'est ce qui empeche les paysans de créer une chaine de distribution ...on verra le resultat en terme de marge et de volonté de faire du benefice...soit on aura des prix justes , moins de marges soit on aura les memes travers que les gms tradi ....moi je suis pret a mettre un billet dans des magasins fait par les agri sur le modele gms
  • Posté le jeudi 07 mars 2013

    vero
    je suis tout a fait d accord avec rp80
  • Posté le jeudi 07 mars 2013

    rpr 80
    je voudrais juste dire à tous les ingenieurs de la grande distribution qu ils negocient les prix de la production de la meme maniere qu ils negocient leurs salaires et que si leurs aieux(agriculteurs)revenaient ils auraient honte de ce qu ils font subir a ceux qui ont eu le courage de rester dans l agriculture

Derniers commentaires postés

Aide téléphonique

Besoin d'informations ? Cliquez ici ou contactez

(depuis un téléphone fixe en France métropolitaine,
 hors surcoût éventuel selon opérateur)
lundi-vendredi : 9h-18h ; samedi : 9h-16h