L’excédent agroalimentaire français s’élève à 11,6 milliards d’euros !

L’excédent agroalimentaire français s’élève à 11,6 milliards d’euros !
Pour les produits transformés, les exportations de vins, champagne et alcools sont la première source de croissance.

En 2011, l’excédent des échanges agroalimentaires français atteint 11,6 milliards d’euros en progression de 3,6 milliards par rapport à 2010 ! Ce sont essentiellement les céréales et les alcools qui tirent les exportations vers le haut.

 La hausse des exportations (+ 7,1 milliards) compense largement celle des importations (+ 3,5 milliards), explique Agreste dans sa lettre de conjoncture. Ce sont les prix élevés des céréales et la demande en boissons alcoolisées qui tirent l’excédent des échanges.

Avec les pays tiers, l’excédent atteint 5,1 milliards d’euros, en hausse de 1,7 milliard par rapport à 2010. Au niveau des produits bruts, ce sont les céréales qui tirent les exportations. Celles  de blé tendre progressent de 475 millions. Le blé dur (+ 374 millions) profite de la demande algérienne, ainsi que de bons prix.

Les alcools, vins, champagne, cognac, progressent également très fortement (+ 925 millions d’euros), principalement en Asie et aux Etats-Unis. Mais les viandes et les produits d’abattages ne sont pas en reste avec une progression de 312 millions. La volaille bénéficie de la demande de l’Arabie saoudite, la viande porcine de celle de la Chine et la viande bovine de la Turquie.

Avec l’Union européenne, l’excédent atteint 6,5 milliards d’euros, en hausse de 1,9 milliard d’euros. Les exportations progressent de 3,9 milliards d’euros. Les céréales (blé tendre, maïs, orge) sont les produits qui tirent le plus la croissance des exportations (+ 1,1 milliard) vers l’UE. Les huiles progressent aussi fortement, grâce aux huiles de colza. Les produits laitiers et céréaliers sont les autres produits qui tirent la croissance.

Produits bruts : les céréales expliquent les ¾ de la croissance des exportations

L’excédent des échanges en produit brut s’élève à 4,6 milliards (+ 2, 3 milliards) et celui des produits transformés à 7 milliards (+ 1,3 milliards).

Globalement, au niveau des produits bruts, les céréales expliquent les ¾ de la croissance des exportations.  Les exportations d’oléoprotéagineux progressent aussi vivement. Enfin, les exportations de bovins augmentent de 165 millions d’euros, grâce à l’ouverture de nouveaux marchés (Turquie, Algérie).

Pour les produits transformés, les exportations de vins, champagne et alcools (cognac) sont la première source de croissance (+ 1 060 millions). Mais les exportations d’huiles et corps gras progressent aussi très fortement (+ 677 millions d’euros), tirées par l’huile de colza dont les volumes exportés ont doublé en 2011. Les viandes et les autres produits animaux (abats, graisses, peaux) progressent de 557 millions.

export

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier