L'OCDE plaide pour une réorientation des aides agricoles

L'OCDE plaide pour une réorientation des aides agricoles

Quelques jours avant la présentation par la Commission européenne de son projet de réforme, l'OCDE milite pour une réorientation des aides agricoles européennes.

Dans un rapport publié mercredi, l'OCDE reconnaît que les dernières réformes de la PAC ont permis de diminuer les distorsions sur les marchés et que les mesures visant à améliorer les revenus des agriculteurs ont gagné en "efficacité". Au cours des 20 dernières années, la part du soutien public dans les recettes agricoles s'est nettement réduite, passant de 39% en 1986-1988 à 22% en 2008-2010, du fait des réformes, mais aussi de la hausse des matières premières.

Toutefois, "une part importante" des aides profite "à des bénéficiaires non souhaités, c'est-à-dire des agriculteurs n'ayant pas nécessairement des bas revenus", relève l'OCDE. En premier lieu les plus grandes exploitations qui "reçoivent l'essentiel du soutien, alors que leur revenu est supérieur à la moyenne".

 En outre, au fil des ans, une "portion croissante" des paiements a profité aux propriétaires non agriculteurs, de plus en plus nombreux à louer leurs terres, souligne le rapport. Les ONG s'indignent régulièrement du fait que la reine d'Angleterre ou de grandes entreprises agroalimentaires comme le groupe Nestlé touchent des centaines de milliers d'euros de la PAC.

 Pour l'OCDE restreindre les aides au revenu "à ceux qui en ont besoin permettrait d'en faire plus avec moins de moyens".

La PAC ne définit aucune cible de revenu

 La proposition de réforme de la PAC après 2014, que la Commission européenne doit présenter le 12 octobre, doit précisément s'attaquer à ces problèmes en limitant les paiements aux agriculteurs actifs et en plafonnant les aides versées aux grosses exploitations pauvres en main d'oeuvre.

Reste que pour l'OCDE, "modifier la répartition des paiements en imposant des plafonds par exploitation ou en excluant les fermes d'agrément ne permettrait pas de résoudre le problème de fond", à savoir que la PAC ne définit aucune cible de revenu. L’OCDE redoute qu’un plafonnement des paiements affecte les stratégies de restructuration des exploitations et encourage la scission des plus grandes exploitations.

Plusieurs grands Etats européens, comme le Royaume Uni, l'Allemagne ou les Pays-Bas voient le plafonnement des aides d'un mauvais oeil et s'y sont déjà opposés avec succès par le passé.

 L'OCDE réclame aussi plus de "cohérence" dans le domaine de l'environnement. "Le principe pollueur-payeur doit être mis en oeuvre plus largement" et il faut davantage inciter les agriculteurs à "adopter des pratiques agricoles durables", insiste l'Organisation. Quant aux mesures de soutien des prix de marchés, leur niveau devrait encore être abaissé à l'avenir, car il s'agit d'"une des formes de soutien qui génère le plus de distorsions", souligne le rapport.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

DATTE814

ok

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier