L’Or pour John Deere et son moteur mixte huile végétale / gazole

Raphaël Lecocq

L’Or pour John Deere et son moteur mixte huile végétale / gazole
John Deere

Le système de gestion du tracteur Multifuel s’affranchit de la proportion variable du mélange huile / gazole dans le réservoir unique, tout en respectant la norme Tier 4i. Médaille d’Or au Sima.

Alors que le gazole non routier entame son second hiver avec un brin d’expectative liée à son comportement au froid, John Deere remet l’huile végétale à l’honneur. L’usage des huiles végétales est aussi ancien que l’invention du moteur à explosion. Arachide, palme, ricin, karité ont été sollicités dans la première moitié du XXième siècle, avant que le pétrole ne s’impose par sa redoutable efficience énergétique, économique et logistique. Les huiles sont remontées à la surface dans les années 2000, avec l’évolution contrastée des cours du pétrole et des graines oléagineuses, colza et tournesol en France. La pression à froid des graines suivie d’une filtration produit une huile végétale carburant utilisable en l’état, ainsi que des tourteaux valorisés par les animaux. Le taux d’incorporation de l’huile pure dans le gazole peut varier dans une fourchette comprise entre 30 et 50 %, sans aucune modification du moteur.

Tracteur Multifuel

Le tracteur Multifuel conçu par John Deere permet d’utiliser différents types de carburant d’origine minérale ou végétale, seuls ou en mélange, dans un réservoir unique. Des capteurs apprécient les caractéristiques du carburant en présence, en en mesurant la viscosité, la densité, la permittivité et la température. D’autres capteurs permettent de s’assurer que les normes anti-émissions en vigueur sont respectées, le tout sous le contrôle d’un boîtier électronique dédié. Outre l’évolution comparée des cours du pétrole et des graines oléagineuses, voire d’autres systèmes alternatifs (biogaz, pile à combustible…), le développement commercial d’une telle solution est étroitement lié au contexte réglementaire  La France n’a pas de pétrole mais des puits administratifs sans fond, surtout lorsque la perception de taxes est en jeu. Depuis le 1er Janvier 2007, les huiles végétales pures peuvent être commercialisées comme carburant agricole ou pour l'avitaillement des navires de pêche dans des conditions fixées par deux décrets de 2006 et 2007. Par ailleurs, l'utilisation des huiles est autorisée dans les flottes captives des collectivités territoriales ayant signé un protocole d'expérimentation avec l'Etat et les Douanes. La directive européenne 2003/96/CE du 27 octobre 2003 permet aux états membres d’exonérer les biocarburants de la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier