La conjoncture au 1er juin : Les ponts de mai sont préjudiciables à de nombreux produits...

B.BOUCHOT d'après Agreste

Les températures de mai en Provence-Alpes-Côtes d'Azur sont supérieures aux normales, avec une période estivale en fin de mois. Celui-ci s'annonce comme le mois de mai le plus chaud depuis 1950 (+2,5 °C par rapport à la normale). Les précédents records étaient détenus par mai 2000 (+2,1°C) et mai 1999 et 2003 (+2°C).

Les pluies du mois sont proches de la normale sur le centre Var et déficitaire partout ailleurs. Les cumuls du mois sont compris entre les 3/4 et la moitié de la normale sur les Alpes, le Var, le Vaucluse et l'ouest des Bouches du Rhône. Partout ailleurs, les pluies de mai représentent moins de la moitié de la normale. Le cumul des précipitations sur les 3 mois printaniers (mars à mai) est conforme à la normale sur le sud de la région. Il représente moins des 3/4 de la normale sur les Hautes Alpes et partout ailleurs, il se décline entre 75 et 100% de la normale. Dans le secteur des fruits et légumes, la situation est préoccupante.

L'indice des prix à la production est en dessous de son niveau de l'an passé (même s'il reste supérieur à la moyenne quinquennale pour les fruits). En cause, la mévente d'un certain nombre de produits, tant dans le secteur des légumes (melon, courgette) que dans celui des fruits (abricots, bigarreaux). Le stade de production du melon est d'environ 30% au 1er juin sous serre chauffée, c'est le tout début en serre froide. La production du Vaucluse en ce début de campagne semble avoir souffert des excès d'humidité d'avril/mai. La campagne débute réellement fin mai avec des volumes conséquents (100t/j). La concurrence marocaine est fortement ressentie et les cours sont en baisse. En courgette, même si la qualité s'est améliorée, les prix ne sont pas bons et orientés à la baisse. L'offre augmente régulièrement avec l'arrivée des produits de plein air. La persistance de l'origine espagnole empêche les cours de grimper. La campagne de la cerise est engagée depuis la mi-mai. Qualité et rendements sont très hétérogènes. Dans le Vaucluse, ceux-ci ont pâti du gel du printemps et des épisodes de grêle et de forte pluie. Le pic de l'offre a été atteint en Burlat. Le marché est particulièrement calme et les cours inférieurs de 30% à ceux de 2008. L'Early Blush a entamé la campagne de l'abricot.

Le marché est perturbé par les ponts de mai

La qualité et le rendement sont au rendez-vous mais les cours sont moyens à faibles car la demande est atone. Les nombreux ponts ont aussi entraîné un ralentissement de la commercialisation du concombre et de la tomate. Pour cette-dernière, le marché s'alourdit en fin de mois avec la montée en puissance de l'offre. La carotte primeur a vu sa récolte commencer en Camargue à la mi-mai. Le rendement, principalement dans le Vaucluse, risque d'être affecté par les fortes pluies et par des dégâts localisés de noctuelles. Ces pluies ont également gêné les « débuttages » de l'asperge (dont le stade de production de 90% est attendu à la mi-juin). En fraise enfin, la campagne est aux 2/3 réalisée. Les volumes sont importants mais la demande insuffisante.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier