La FDSEA et les JA chez la préfète : L'Etat doit arrêter de jouer petit-bras»

Alexandre CAYRAC

La FDSEA et les JA chez la préfète : L'Etat doit arrêter de jouer petit-bras»

Danièle Polvé-Montmasson croyait tout connaître des dossiers de l'agriculture aveyronnaise après ses visites sur deux exploitations peu de temps après son arrivée. La FDSEA et les JA lui ont rappelé lundi 15 février l'urgence de la situation des agriculteurs en lui dévoilant tous leurs sujets de préoccupations. Une rencontre pédagogique mais surtout revendicative.

«Si le gouvernement laisse pourrir la situation dans les campagnes, ça lui reviendra en pleine figure avec une force qu'il ne soupçonne même pas». Voilà en substance ce que sont venus dire Dominique Fayel et Thierry Contastin, président et secrétaire général de la FDSEA et Bruno Montourcy, président des JA, à la préfète de l'Aveyron.
La baisse généralisée des prix agricoles a en effet mis bon nombre d'exploitations aveyronnaises dans le rouge. «Il y a des blessés, il fallait donc des pansements, c'est le plan exceptionnel pour l'agriculture, dit plan Sarkozy, que nous avons obtenu après une grande mobilisation nationale» explique Dominique Fayel. Mais les professionnels font un constat amer «ce n'est pas suffisant, l'Etat doit arrêter de jouer petit-bras pour l'agriculture alors qu'il vient de sauver des secteurs comme l'automobile ou les banques avec des plans d'envergure».

Plus de 20 millions d'euros de prêts

«Malgré les critères très restrictifs, les exploitations aveyronnaises ont déjà contracté plus de 20 millions d'euros de prêts : ça donne une idée de l'ampleur de la crise» indique le président de la FDSEA. «Et pourtant, malgré ça, les trésoreries ne sont pas encore équilibrées. Des exploitations du département n'ont aujourd'hui plus de fonds propres» avance Dominique Fayel.
«On attend donc Nicolas Forissier, le médiateur du plan Sarkozy dans le département, très bientôt, avec une rallonge budgétaire ; la préfète doit relayer notre demande» indique Bruno Montourcy qui a également alerté Danièle Polvé-Montmasson sur «la nouvelle réglementation adoptée en cachette par le ministère au sujet de l'ICHN et qui implique un malus pour le département de l'Aveyron». Sur ce dossier FDSEA et JA de l'Aveyron devraient rencontrer à nouveau le ministère au printemps.
Des dossiers plus locaux, comme la zone vulnérable ou l'avenir de l'abattoir de Villefranche de Rouergue ont également été mis sur la table de la préfecture. Une grosse piqûre de rappel donc pour la représentante de l'Etat. «On constate un désengagement du politique qui prône d'un côté un développement durable et de l'autre côté ne trouve rien de mieux que de publier les aides des agriculteurs sur Internet» enrage Bruno Montourcy.

Les aides et après ?

Evidemment les discussions ont beaucoup porté sur les soutiens à une agriculture en crise. «Nous nous devons d'aller chercher des soutiens pour faire face au contexte très difficile, pendant qu'ils sont encore accessibles» explique Dominique Fayel. «Mais nous ne pouvons en rester là, et nous continuons notre combat pour vivre de nos productions ainsi que notre réflexion pour réguler les marchés avec de moins en moins d'aide des pouvoirs publics» ajoute-t-il. «Les producteurs de porcs sont en train de montrer la voie, d'autres productions vont maintenant suivre».

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires