La FNSEA est inquiète du score du FN et de ses propos anti-européens

  La FNSEA est inquiète du score du FN et de ses propos anti-européens
Le syndicat ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour

La FNSEA, principal syndicat agricole français, s'inquiète du score du Front National, s'en prenant notamment aux propos anti-européens de Marine Le Pen.

"Le repli sur soi et les discours populistes ne conviennent pas à la FNSEA", a affirmé, lors d'un point presse, son président Xavier Beulin, qui critique aussi la position "extrême" du candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, sur l'Europe. Le syndicat ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour mais il n'entend pas "transiger sur les questions de fond", au rang desquelles figure la question européenne, a ajouté M. Beulin.

Pour lui, "on est en train de leurrer les citoyens en affirmant qu'en rebâtissant des frontières autour de la France on s'en porterait mieux, c'est une erreur absolue".  "Nous ne voulons pas plus d'Europe mais mieux d'Europe", a poursuivi le dirigeant syndical, selon lequel "il faut s'ouvrir sur le monde mais d'une manière intelligente, régulée et en tout cas dans l'espace européen".

Les agriculteurs français sont les principaux bénéficiaires de la politique agricole commune (PAC), premier budget européen en ordre d'importance.

A propos de la percée du FN dans le monde rural, le dirigeant syndical a tenu à souligner que "le monde rural, ce n'est pas que les agriculteurs". "Néanmoins, il faut comprendre et apporter les bonnes réponses aux citoyens qui se sentent les oubliés de cette campagne électorale", a ajouté M. Beulin, regrettant que la question de l'agriculture, à part de rares déclarations, n'ait pas été abordée par les candidats à la présidentielle. "Nous allons mobiliser tout notre réseau pour mieux comprendre le message envoyé dimanche par ce vote", a annoncé le président de la FNSEA.

Quant au score (2,3%) enregistré par Eva Joly, candidate EELV, M. Beulin a estimé qu'il "montrait sans doute que les Français ne mettaient pas en priorité les questions écologiques, même si ces questions restent extrêmement importantes".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 8

MAI12

Je suis d'accord:il faut s'ouvrir au monde.Mais,il faut des couts de production compétitifs et cela passe par de sacrés remises en cause.Je pense a cette suradministration qui génère beaucoup d'emplois inutiles qui pèsent sur le budjet de l'agriculture.Sans parler de ces quasis monopoles (insémination, controle laitier gestion etc) ou la performance économique n'existe pas.

Gde culture 77

En aucun cas syndicalisme ne doit rimer avec prise de position politique, je suis choqué que mon syndicat adopte par son président ce type de position. Alors que sa situation de syndicat majoritaire lui impose d'être fédérateur.

RV reponse a paulo

un peu plus de 700euros précisément.

brubru

Quand on est dans un syndicat agricole on défend l’intérêt de tous les agriculteurs et on doit s’abstenir pour donné une consigne de vote a des élection présidentiel dans l’intérêt de nos agriculteurs mais on doit être informés de la politique agricole qui sera conduite dans les années a venir.

paulo

Que moi agriculteur, en ayant travaillé toute va vie, 7jours/7, 365 jour par an, est une retraite plus petite qu'un SMICar. C'est normal? Faut pas venir faire les surpris maintenant.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier