La main verte avec des poissons rouges ?

Raphaël Lecocq

La main verte avec des poissons rouges ?

La start-up Myfood développe un concept d’aquaponie, consistant à faire pousser des légumes sur des tours verticales, puisant leur nutrition dans des petits bassins aquacoles, le tout dans une serre de 22 m2. Protéines et fibres faites maison !

La main verte avec des poissons rouges ?

Version Myfood, la chaine alimentaire est la suivante : des carpes, truites ou  tilapias sont alimentés à partir de larves de mouches, issues du compostage des déchets alimentaires du foyer. Solubilisées, les déjections des poissons constituent le nutriment des légumes feuilles que sont salade, tomate, concombre, basilic, chou etc. avec lesquels s’opèrent une symbiose. Les légumes sont conduits sur des tours verticales, en mode hors-sol. Le tout prend place sous une serre afin d’optimiser la production. Des panneaux photovoltaïques, sinon la récupération d’air chaud d’une Vmc (Ventilation mécanique contrôlée) de l’habitation voisine, peuvent fournir les besoins énergétiques de la serre (chauffage, alimentation des tours en eau).

La main verte avec des poissons rouges ?

6300 euros la serre, poissons rouges compris

Mickaël Gandecki, ingénieur Ensea, partie prenante de la start-up, a trois ans de recul sur la technique. « Il est possible de produire 400 kg de légumes et 52 kg de poisson par an », assure-t-il. « A deux réverses près : les alevins doivent être alimentés avec des granulés bio adaptés. Des carences en oligo-éléments peuvent aussi mériter une correction ». La technique d’aquaponie est développée aux Etats-Unis depuis une quinzaine d’années. Le positionnement de Myfood est le suivant : « reconnectez-vous à votre alimentation ». Pour ce qui est de la production de légumes racine, Myfood met en avant les techniques de permaculture sur de très petits îlots. Myfood entame la phase commerciale de son activité. La serre aquaponique clé en main est proposée à partir de 6300 euros.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier