La moitié des agriculteurs auraient gagné moins de 350 € par mois en 2016 (MSA)

Lise Monteillet

La moitié des agriculteurs auraient gagné moins de 350 € par mois en 2016 (MSA)
Pascal Cormery, le président de la MSA.

La MSA doit faire face à une situation sociale encore compliquée : baisse drastique des revenus des agriculteurs, explosion des demandes de primes d’activité… Une réalité difficile à concilier avec les contraintes budgétaires qui lui sont imposées.

En 2016, « le seuil fatidique » de 50 % d’agriculteurs gagnant moins de 350 € par mois pourrait être franchi, a confirmé la MSA, le 22 juin. Plusieurs indicateurs révèlent une situation toujours difficile pour les agriculteurs. À commencer par les revenus professionnels annuels moyens qui ont baissé de 31 % en deux ans, passant de 14 000 € en 2013 à 9770 € en 2015.

Résultat : la MSA a enregistré 254 000 demandes de primes d’activité (salariés et non salariés) au 2 juin 2017, contre 153 000 l’année précédente, à la même époque. Cela constitue une hausse substantielle de dossiers à traiter pour l’organisme de sécurité sociale, alors que celui-ci est contraint de supprimer 1300 postes entre 2016 et 2020 et de réduire de 15 % ses dépenses de fonctionnement. Sur le versement des primes d’activité, qui s’élèvent en moyenne à 204 € pour les non-salariés, la MSA enregistre un délai de paiement de l’ordre d’un mois et demi. Ce délai atteint 4,5 mois concernant les retraites.

Aides au répit : des débuts timides 

La MSA a mis en place plusieurs mesures de soutien aux agriculteurs en 2016. Une baisse de charges sociales de 560 millions d’euros a ainsi été octroyée. Autre dispositif : l’« aide au répit » est désormais effective pour lutter contre l’épuisement professionnel. Objectif : offrir aux agriculteurs la possibilité de « se faire remplacer pour souffler ». « Cette mesure a été longue à mettre en place, elle n'est pas dans les habitudes du monde agricole »,  note Pascal Cormery, le président de la MSA. 600 personnes ont néanmoins déjà bénéficié du dispositif, pour 900 000 € d’aides versées. À ce jour, l’enveloppe exceptionnelle de 4 millions d’euros, débloquée par l’État pour l'aide au répit, est donc loin d’être consommée dans sa totalité. 

Sur le même sujet

Commentaires 21

Canal 550

Merci la Msa ca nous aide trop ce genre d enquete vous etes cool vous le personnel MSA que nous payons grassement ? Dėgoutė ontvous fait gagner votre vie et nous ont meurts au propre comme au figurė !

v3v

l agriculteur de nice devrait plutot accueillir des paysans francais qui touchent ce salaire

RIP

Ouf...!!! il nous propose l'aide aux répits, après bien sur avoir envoyé l'huissier,après t'avoir sucré la prime d'activité parce que tu as fait plus de stock et que tu as vendu des bêtes pour pouvoir sortir la tête de l'eau, amélioration du chiffre d'affaire alors que 2 ans avant on été en déficite.

Eut ponctionne et toi tu ne peux pas payer les fournisseurs qui te font confiance....

Si le monde agricole tombe vous tomberez avec nous, a moins que notre colère soit trop grande et que les techniciens qui nous disent d’aller travailler a l extérieur ou les organismes, qui nous ont enfoncé par leurs calculs savant tombent avant...nous ne pourrons bientôt plus retenir nos coups la révolution est en marche grâce a vous bureaucrates

marin 347

donnons 350 euro au rond de cuir de la msa après on verra si il trouve sa suffisant fini les vacances a ibiza ou la montagne a courchevel

@duracuire

Oui ça fait partie de la communication méprisable de la msa , ces gens payés par les paysans qui voulait offrir à ses ronds de cuir des séminaires en Espagne , qui sont incapables de traité les dossiers rsa en temps en heure quand la situation est intenable pour eux le bon salaire tombe qui change les règles de la prime d activité pour que le moins possible en touche
Fuyez la msa n importe ou en Europe vous serez mieux rembourse pour moins cher

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier