La police en alerte pour éviter les vols en milieu agricole

SC

La police en alerte pour éviter les vols en milieu agricole
Les vols de cuivre et de féraille deviennent de plus en plus fréquents (DR)

les ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture, en collaboration avec la profession, lancent un plan d’action pour lutter contre les phénomènes de délinquance qui touchent le monde agricole.

Peines de 18 mois à 6 ans d'emprisonnement pour le "gang des tracteurs"

Dix-neuf membres d'un réseau mafieux roumain spécialisé dans les vols d'engins de chantiers et agricoles ont été condamnés jeudi à Nancy à des peines allant de 18 mois à 6 ans d'emprisonnement ferme. Selon l'accusation, les équipes de malfaiteurs fonctionnaient toujours de nuit, souvent le week-end, et visaient au hasard des locaux d'entreprise ou des exploitations agricoles, isolés mais à proximité de grands axes routiers, dans lesquels ils entraient par effraction. Tracteurs, pelleteuses, chargeuses ou compacteurs étaient dérobés, puis chargés dans des camions. L'enquête a permis d'établir un préjudice total d'environ 8 millions d'euros principalement en France entre 2008 et 2010.

"Le ministre de l'Intérieur a prévu un déplacement sur le terrain pour prendre la mesure des difficultés", a indiqué M. Beulin à l'issu d'un entretien avec Emmanuel Valls. Selon lui, ce déplacement pourrait avoir lieu "assez rapidement". "Face à l'ampleur des vols qui vont jusqu'aux tracteurs qu'on retrouve dans des pays de l'Est et aux animaux qu'on retrouve abattus et dépecés dans les champs, on a changé de braquet", a rapporté le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

"Le ministre partage le sentiment qu'on a affaire à des réseaux organisés et nous a confirmé que le réseau des polices européennes, jusqu'alors surtout mobilisé contre la grande criminalité, allait être mobilisé pour des échanges d'informations et aider à retrouver le matériel".

Dans un communiqué commun, les ministres de l’Intérieur et de l’Agriculture confirment le lancement d'un plan d’action pour lutter contre les vols dans les exploitations agricoles. Ce plan s’appuie notamment sur la mise en œuvre de plans départementaux dédiés à la sécurité des exploitations agricoles d’ici à mai 2014. Ils permettront de définir les axes d’efforts à produire (prévention, protection et intervention) adaptés à chaque territoire.

Les ministères s’engagent également à développer les moyens d’enquête spécialisés (nationaux et internationaux) face aux structures criminelles organisées.

Des référents sécurité

Dernier objectif annoncé par les ministères :  Renforcer les échanges entre les forces de sécurité et le monde agricole. Un référent sécurité sera désigné au sein des groupements de gendarmerie dans chaque département pour "offrir un accès privilégié aux exploitants agricoles". Une plateforme d’échanges, comportant notamment un volet « sécurité-prévention », sera également mise en place sur Internet. Alimentée par la FNSEA et les exploitants agricoles, mais aussi par le ministère de l’intérieur et le ministère de l’agriculture, "elle permettra de partager les constats, de donner des conseils ou de rendre compte des bonnes pratiques", explique le communiqué.

De son côté, la FNSEA annonce des actions de prévention par la distribution de "fiches techniques" sur les moyens de protéger son exploitation. Outre le vol de gros matériel et d'animaux, relativement nouveau, "on voit de plus en plus de vergers et cultures récoltés avant maturité, des asperges par exemple : en 2013 on a eu plusieurs cas d'agriculteurs qui ont vu 15 à 20 tonnes de marchandises disparaitre en une nuit. Pour de telles quantités c'est 20 ou 30 personnes qui débarquent", note M. Beulin.

De même certaines exploitations se sont vu dépouillées de leurs métaux comme le cuivre, avec l'envolée des cours. "Le ministre reconnait que beaucoup de moyens ont été mis sur la protection du réseau ferroviaire, ce qui a permis de réduire les vols, mais du coup les bandes organisées se sont reportées sur d'autres secteurs", selon le président de la FNSEA.

Publié par SC

Commentaires 3

cestmoi

depuis ces 5 dernières années, j'ai eu des vols pour un montant d'environ 5000 euros avec à chaque fois une demi-journée de perdu pour déposer plainte...Les gendarmes m'ont fait comprendre qu'ils avaient des présomptions sur un groupe mais pas de preuve formelle donc pas d'intervention. Bref, cet état de fait risque de perdurer longtemps.

acid

j'avoue que ton commentaire m'epate voler des barbelés!!! c'est dingue , j'ai lu une fois qu'un autrichien avait mis du 220 dans son jardin
mais c'est evident aujourd'hui pour moi pour proteger les exploitations peu de solution.... barricader, pour le reste il faudrait effectivement limiter les ventes des particuliers , un controle strict des professionnels s'ils ont enlevé de la feraille quelquepart ils doivent avoir un bon signer et les coordonnées de la personne
ensuite pour moi vu tous les petits vieux dans mon coin qui se sont fait avoir, il faudrait interdire tout demarchage a domicile quand on besoin de quelquechose on sait ou le trouver , il faudrait une annuaire gratuit pour tout le monde et ensuite pour les personnes seules dans l'incapacité de se debrouiller pourquoi pas les accompagner dans leur demarche il doit bien y avoir des fonctionnaires non affecté

azor08

on ferait bien de surveiller de plus près les marchands de ferrailles qui recèlent à tout va.
Sur mon exploitation, on m'a dérobé trois cents mètres de clôtures barbelées.
les fils ont été sectionnés de chaque côté des piquets et ceux-ci ont été volés pour être sûrement revendus à la ferraille, tout cela bien entendu avec les animaix qui étaient dans la patûre... Qui dit mieux?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires