La sécheresse frappe le Sud de la France

La sécheresse frappe le Sud de la France
Les sols superficiels sont exceptionnellement secs sur la moitié Sud de la France (DR)

Le Sud de la France souffre à nouveau de la sécheresse au cœur d'un mois d'octobre exceptionnellement sec qui prive les éleveurs de pâtures et menace les cultures d'hiver.

"Tout ce qui est au sud d'une ligne entre Bordeaux et Lyon" est dans "la même situation qu'au printemps et est frappée par la sécheresse", a déclaré Dominique Barrau, numéro deux du syndicat agricole FNSEA. Sont concernées d'après lui les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Midi-Pyrénées et Aquitaine, ainsi qu'une partie du Massif central.

 Cette sécheresse prive les éleveurs des pâtures qui auraient normalement dû pousser avec les pluies de fin d'été. Ils se retrouvent en situation de devoir utiliser leurs stocks de fourrage, voire d'en acheter, pour alimenter leur bétail, souligne l'ancien président de la FRSEA Midi-Pyrénées. "On avait une sécheresse printanière un peu calmée" par les pluies de juillet, mais "là on repart avec des difficultés, voire l'impossibilité dans certaines zones de faire des semis et d'implanter les cultures d'hiver", les céréales (orge, blé) que les agriculteurs récoltent en été, ajoute-t-il.

Car l'été ne s'est jamais achevé. Dans le Sud-Ouest, la température moyenne a dépassé de 2,5 degrés la normale (de 2,3 degrés dans le Sud-Est) et pour la première quinzaine d'octobre, "on n'est pas loin de deux degrés au-dessus de la normale" quasiment partout, explique Michel Schneider, ingénieur à Météo France.

Des restrictions déjà en cours

Le déficit pluviométrique est "sensible" depuis trois mois sur la moitié Sud, ajoute-t-il. "Les sols superficiels sont exceptionnellement secs". L'Agence de l'eau Adour-Garonne confirme que la situation est difficile, sans grand espoir d'amélioration dans les jours à venir malgré la pluie prévue mercredi. Au 4 octobre, 20 millions de m3 d'eau avaient été lâchés (sur 55 millions de m3 de réserves) pour soutenir la Garonne et ses affluents. Le bassin Tarn-Aveyron connaît lui "une situation critique", ajoute l'Agence.

Des restrictions aux prélèvements agricoles sont déjà en cours dans certains départements (Gers, Aveyron, Tarn-et-Garonne). "Aujourd'hui, on finirait normalement de préparer les sols pour les futures plantations, pour semer les céréales et les ray-grass", témoigne Nicolas Maurel, éleveur de blondes d'Aquitaine, qui produit aussi des céréales et de l'ail rose de Lautrec à Saint-Germain-des-Prés (Tarn). "Mais on dirait du béton, on ne peut pas les travailler".

Quant à sa centaine de bêtes, elles "ont commencé à manger du fourrage", ajoute Nicolas Maurel, membre des Jeunes Agriculteurs. Et "on a même attaqué l'ensilage", habituellement consommée au coeur de l'hiver.

 La sécheresse relance le débat sur les retenues d'eau pour lesquelles le président Nicolas Sarkozy avait annoncé en juin un plan à cinq ans. Leur création est une nécessité vitale d'après les agriculteurs, mais se heurte à une profusion de règlements ainsi qu'à l'hostilité farouche des défenseurs de l'environnement. "On a besoin d'une vraie politique hydraulique, pas de pleurer après les procédures de calamités agricoles", dit Jean-Louis Cazaubon, président de la chambre d'agriculture Midi-Pyrénées. Pour lui, les réserves d'eau permettraient de "sécuriser trois ou quatre hectares" de maïs par exploitation, et ainsi d'alimenter les bêtes en hiver.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires