Lait : La présidence suédoise veut davantage de libéralisation

Avant la réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE sur la crise laitière, la présidence suédoise de l'Union européenne s'est dite très sceptique face aux demandes des producteurs de lait en faveur d'une nouvelle régulation du secteur.

« Je m'en tiens au bilan de santé de la Politique agricole commune car je veux davantage de libéralisation du marché du secteur laitier », a déclaré aux journalistes le ministre suédois de l'Agriculture Eskil Erlandsson, à son arrivée à la réunion à Bruxelles.

Il était interrogé sur les demandes en faveur d'une nouvelle régulation du secteur laitier impliquant le maintien de subventions importantes. Lors de la réunion de Bruxelles, un groupe de pays emmené par la France entend demander des mesures concrètes à la Commission européenne.

Aucune décision lundi

« Je dois écouter les propositions françaises et voir plus tard ce que nous pourrons faire », a dit le ministre suédois. S'il se dit ouvert à la discussion concernant « les possibilités qui s'offrent à moyen et long terme au secteur laitier européen », il exclue que des décisions soient prises dès lundi.

Les pays européens restent divisés sur les moyens de faire face à la chute des prix laitiers, à l'origine de la crise actuelle, entre tenants de la libéralisation et du maintien d'un filet protecteur des pouvoirs publics.

Le secrétaire d'État allemand à l'Agriculture, Gert Lindemann, a réaffirmé son souhait d'obtenir des « mesures d'accompagnement » à la disparition des quotas laitiers dans l'UE. Il reconnaît toutefois qu'il n'y a pas d'unité entre les pays de l'UE et qu'il sera notamment difficile de revenir sur la hausse des quotas laitiers.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier