LaSalle Beauvais à la COP 21 et à la COY 11

Lasalle Beauvais Institut ploytechnique

LaSalle Beauvais à la COP 21 et à la COY 11

Agriculture, circuits courts, énergie propre… les recherches d’aujourd’hui apporteront les solutions de demain.État des lieux (non exhaustif) des actions menées à LaSalle Beauvais dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

LaSalle Beauvais participe au COP21 en assurant une présence permanente sur le stand de l’APAD(Association pour la promotion d’une agriculture durable). L’école sera également sur le stand Campus France les mardi 1er et mercredi 2 décembre, avec le réseau n+i, qui consacre ces deux journées aux thématiques de l’agriculture et de la forêt (le 1er décembre), et l’eau et la recherche (le 2 décembre).

Quelques jours avant la COP21, une cinquantaine d’élèves lasalliens, issus de toutes les formations, sont actuellement à la COY11, la « Conference of Youth ». Des jeunes du monde entier échangent, débattent, s’informent sur le changement climatique et les solutions pratiques que chacun peut appliquer dans sa vie quotidienne pour participer à son échelle à la lutte contre le réchauffement climatique. Neuf élèves sont par ailleurs  bénévoles et aident les organisateurs durant les trois jours de la manifestation.

Des actions concrètes menées par les enseignants-chercheurs et élèves de LaSalle Beauvais

Réduire la consommation d’énergie fossile et piéger le carbone dans les sols grâce à l’agriculture

Certaines techniques, certaines pratiques culturales et plusieurs systèmes de production permettent à l’agriculture d’atténuer son impact sur l’émission de gaz à effet de serre.

Dans certains cas, ces gaz peuvent même être séquestrés par le sol, ce dernier agissant ainsi comme une sorte de « pompe à carbone ». Dans ce domaine, LaSalle Beauvais met en œuvre des projets de recherche et travaux pédagogiques sur les stratégies qui permettent de réduire la consommation d’énergie fossile en agriculture et/ou d’augmenter les stocks de carbone dans les sols.

Le semis direct sous couvert végétal est l’une des pistes de travail. Cette pratique consiste à semer sans travail du sol au sein d’un couvert végétal apportant de nombreux services pour le sol et la culture. Depuis 4 ans, la ferme d’application de LaSalle Beauvais consacre 50 ha au semis direct sous couvert végétal. Les données récoltées depuis 4 ans permettent d’étudier l’effet des couverts sur les propriétés des sols et leur fertilité. L’objectif de ces travaux, menés aux côtés de l’APAD (association pour la promotion d’une agriculture durable), est de valider et quantifier scientifiquement l’intérêt de cette pratique en vue de soutenir son développement au niveau national.

Les propriétés fertilisantes et détoxifiantes du biochar(résidu solide issu de la pyrolyse de la biomasse) constituent un autre axe de recherches. Le biochar présentant la particularité d’être très peu dégradable, son utilisation comme amendement dans les sols cultivés permettrait en effet d’y séquestrer sur le très long terme le carbone des végétaux à partir duquel il a été fabriqué.

Limiter l’empreinte carbone des activités humaines par le développement des circuits courts

Jouer la carte de la proximité. En favorisant les circuits courts, les acteurs de la chaîne de valeurs réduisent leurs émissions de carbone. Le maintien d’une agriculture péri-urbaine à proximité des grands pôles de population permet à la fois de limiter le transport des denrées tout en conservant des espaces verts, qui jouent un rôle de régulateur thermique.

Les exploitations situées à proximité des grandes agglomérations sont également plus enclines à adopter un système de production moins intensif et moins gourmand en intrants pour répondre à la demande des consommateurs citadins.

Recenser les acteurs collectifs, identifier leurs projets, leurs pratiques, leurs innovations contribuent à mieux comprendre l’organisation de ces circuits courts et leurs facteurs clés de succès. Un groupe d’étudiants de 5e année en réalise actuellement l’état des lieux à l’échelle du département de l’Oise, dans le cadre d’un projet pédagogique.

Côté fermes, le site de Maurepas, situé dans l’Eure,valorise les co-produits locaux pour l’alimentation de son cheptel de 55 vaches allaitantes de race charolaise.

L’association étudiante Alibabaa (Association lasallienne pour l’initiation au B.A-Ba de l’alimentation) sensibilise régulièrement les étudiants et les salariés de LaSalle Beauvais aux circuits courts par l’organisation, avec l’aide de la direction du développement durable de l’école, d’unmarché locavore. Chaque mois, une dizaine de producteurs, tous situés dans un rayon de moins de 100 km de l’école, vendent leurs produits dans l’agora.

http://www.lasalle-beauvais.fr/ecole/portrait-d-une-grande-ecole/lasalle-beauvais-acteur-de-cop21/

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier