Le cantal se fait une place dans la restauration d’entreprise

P. Olivieri

Elior estime avoir touché 180 000 convives durant les 15 jours de cette opération.
Elior estime avoir touché 180 000 convives durant les 15 jours de cette opération.

Franc succès pour l’opération conduite dans le réseau RHF Elior.

De l’avis de Stéphane Lacambre, 39 ans, producteur de lait pour l’AOP cantal et par ailleurs pour la filière bio, “c’est la plus belle opération de promotion que j’ai conduites”. En mars dernier avec trois autres producteurs cantaliens(1), il a consacré une nouvelle journée à valoriser l’appellation auprès d’un public particulier : celui des salariés en col blanc de Véolia environnement à Saint-Maurice dans le Val-de-Marne. Des cadres supérieurs dont le restaurant d’entreprise est alimenté par le groupe Elior, l’un des trois leaders de la restauration collective en France qui consacrait une quinzaine (12 au 25 mars) à l’Auvergne dans les 800 restaurants d’entreprise qu’il dessert.

300 000 cibles potentielles

Une semaine thématique qui tombait à point nommé pour les responsables du Cif (Comité interprofessionnel des fromages) dont l’un des axes de travail est justement de faire émerger et valoriser la gamme des fromages cantal AOP dans le secteur RHF (restauration hors foyer). Pour ce faire, commande avait été passée à l’agence marketing Sopexa d’entreprendre un partenariat avec le troisième opérateur de ce secteur. Durant cette semaine donc, 18 recettes auvergnates étaient proposées, dont cinq(2) à base de cantal, à la fois traditionnelles et innovantes, issues du livre “Le Cantal dans la cuisine”, élaboré par le Cif avec les chefs cantaliens. L’opération était relayée à grand renfort de totems, chevalets et de dépliants “Du Cantal dans la cuisine” distribués aux 300 000 clients de ces restaurants qui pouvaient par ailleurs tenter leur chance à un jeu concours doté d’un séjour d’une semaine pour deux personnes dans un gîte dans le Cantal. Et, cerise sur ce gâteau fromager, un binôme de producteurs, était mobilisé les 12, 13 et 14 mars sur deux sites parisiens (Saint-Maurice et dans le 13e arrondissement). “Là, on avait à faire à des gens franchement très réceptifs, des gens qui avaient du temps puisqu’ils attendaient pour prendre leur plat et un public qui a été très agréablement surpris de cette animation et du produit lui-même”, témoigne Stéphane, qui comptait déjà quatre autres animations à son actif en grandes surfaces avec des ménagères bien plus pressées... “On a même eu quelqu’un qui est revenu après le repas nous remercier de faire encore des produits de terroir et nous dire que la France pouvait être fière de nous”, poursuit le producteur de Sansac-de- Marmiesse installé en Gaec avec son frère.

La tomme fraîche référencée

Un bilan particulièrement positif donc qu’il n’est pas le seul à dresser. Pour Olivier Plot, responsable coordination produits et services chez Elior, l’opération a été “un vrai succès ! Le volume passé est important : 8,36 tonnes de cantal et près de 2 tonnes de tomme fraîche”. Plus de 10 tonnes au final sur ces 15 jours contre à peine 600 kg sur la même période de 2011 dépourvu de thématique. “Le consommateur ne pense pas à introduire le cantal dans les recettes, c’est forcément un plus et on peut estimer qu’un tiers de nos convives a participé en choisissant une des recettes mises en avant. On a dû toucher quelque 180 000 convives avec les recettes ou le cantal en assiette fromage”, se félicite Olivier Plot déjà partant pour renouveler l’opération qui a également permis de référencer la tomme fraîche. Un vrai triplé pour la filière cantal.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier